Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilQui sommes-nous ?Assemblées Générales → Compte rendu de l'AG ANCMSP du 4 juin (...)

Compte rendu de l’AG ANCMSP du 4 juin 2005

Diffusé par l'ANCMSP le samedi 4 juin 2005 · Imprimer

L’AG ordinaire s’est tenue, après l’AG extraordinaire de modification des statuts, le 4 juin 2005.

Compte rendu de l’Assemblée Générale Ordinaire de l’ANCMSP du 4 juin 2005

1. La présidente expose les activités de l’association depuis la dernière AGO de mai 2004. Elle donne des précisions sur la mobilisation des membres du bureau de l’association dans le mouvement des chercheurs, SLR, Etats généraux, assises de la recherche à Grenoble. Elle évoque le partenariat avec l’AECSP qui a donné lieu entre autre à la rédaction de la charte de recrutement, celui avec l’AFSP et le salon des thèses. A ce propos, ce salon a permis de comprendre que les débouchés des docteurs en science politique sont resserrés. En dehors de l’université et de la recherche point de salut pourrait-on résumer. Ceux qui trouvent d’autres employeurs le doivent à la constitution de réseaux antérieurs et à d’autres diplômes (diplôme de l’IEP). Le seul doctorat ne suffit donc pas sur le marché de l’emploi. Sont aussi rappelées les actions de vigilance de l’association lors des procédures de recrutements, le souci de transparence et d’information.

Le bilan moral est adopté à l’unanimité moins une abstention

2. La trésorière présente les comptes financiers de l’association en précisant que les cotisations des membres couvrent à peine les dépenses de déplacement des membres du bureau et la réalisation de système. De nouveaux financements sont donc nécessaires à court terme pour assurer la pérennité de l’association.

Le quitus des comptes est approuvé à l’unanimité

3. Un débat s’instaure sur différents aspects qui donnent lieu au vote de motions

-  sur les Ecoles doctorales : l’ANCMSP s’érige contre la politique de certaines Ecoles doctorales qui ne se soucient pas du devenir des docteurs qu’elles ont formé et demande donc que les Ecoles doctorales s’acquittent de leur rôle d’encadrement du doctorant en amont et se dotent d’une véritable politique du suivi, du devenir des docteurs nouvellement diplômés.

-  sur la régularité des procédures : le constat d’irrégularité persistante dans les procédures de recrutement (envoi des travaux non demandé par certaines commissions de spécialistes aux auditionnés…) enjoint l’ANCMSP à réaffirmer le principe de réaction face à ces vices de procédures. Pour ce faire la motion suivante est votée :

« le bureau est porteur de deux types de mandats en cas d’irrégularité de procédure de recrutement :
• soit il se charge de mettre en contact le(s) candidat(s) concerné(s) avec un syndicat et assurera le suivi de l’affaire
• soit il se pourvoit en justice »
Cette motion recueille l’unanimité des voix

-  sur le concours national et les recrutements « locaux » : une discussion s’instaure sur le caractère local du candidat. Est-on local uniquement parce qu’on est recruté par le laboratoire dans le lequel on a été formé ? Ou bien le localisme serait-il compris comme le recrutement d’un candidat qui n’aurait pas valorisé ses travaux dans des colloques, séminaires, publications ? Pour certains le localisme n’est pas la bonne bataille, d’autres proposent la mise en place d’un concours national. Ce point ne fait pas l’objet de vote d’une motion particulière. Il visait à mettre en débat ces questions récurrentes du localisme et du concours national. L’ANCMSP réaffirme toutefois la promotion des candidats politistes et dénonce la politique de pénurie de postes dans la discipline et dans la recherche en général. Elle s’érige également contre la précarisation de l’emploi des diplômés, demande une meilleure prise en charge des post-doc par de véritables contrats de travail.

-  sur les recrutements : la motion suivante est votée à l’unanimité : « il est demandé que les candidats auditionnés puissent être défrayés pour les déplacements et hébergement occasionnés lors d’une audition ». Le coût d’une audition est évalué à environ 150 euros minimum et il n’est pas normal que la charge de ce coût soit supportée uniquement par le candidat qui, doit-on le rappeler se retrouve le plus souvent hélas dans des conditions précaires. Cette motion donnera lieu à une pétition/ou une lettre ouverte qui sera remise au Président de la CPU (Conférence des Présidents des Universités). De même l’utilisation du CD-Rom doit être permise comme support de l’envoi des travaux sur tous les concours de recrutements (MCF, CNRS…)

4. La CJC (Confédération des Jeunes Chercheurs) Elise, référente CJC pour l’ANCMSP rappelle brièvement les motions votées en AG de l’a CJC en octobre 2004
• la reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives
• la valorisation de la thèse dans le privé
• l’encadrement des doctorants

A ce propos, il est vivement conseillé aux associations de la discipline (ASPASIE à Aix, l’association des doctorants en science politique de Paris 1 et de l’IEP de Paris) d’adhérer à la CJC afin que la science politique et les SHS en générale soit davantage représentées

5. SLR : Hélène et François Xavier font un point sur SLR qui tenterait de reprendre à son compte les revendications des jeunes chercheurs mais sans consulter les associations de jeunes chercheurs.

6. Election du nouveau bureau

A l’issue d’un vote à l’unanimité les membres du bureau de l’ANCMSP sont les suivants

Lucie Bargel, doctorante science politique, ENS/EHESS, Paris
Caroline Baudinière, doctorante, Paris 10
Magali Boumaza, docteure, post doc, IEP de Strasbourg. UHA
Stéphane Cadiou, docteur, post doc, IEP de Bordeaux
Aurélie Campana, docteure, post doc IEP Strasbourg
Ivan Chupin, doctorant science politique, Paris 9
Hélène Combes docteure, post doc Paris 1
Elise Cruzel, doctorante science politique, IEP de Toulouse
François-Xavier Dudouet, docteur, Paris 10
David Garibay, docteur, Lyon/Paris
Olivier Grosjean, doctorant sociologie, EHESS, Paris
Jeanne Hersant, doctorante sociologie, EHESS, Paris
Nicolas Hubé, doctorant science politique, IEP de Paris
Nicolas Kaciaf, doctorant science politique, Paris 1
Sylvain Lefèvre, doctorant Lille 2
Pierre Maillard doctorant science politique, Paris 9
Vincent Nguyen Van Hai, doctorant science politique, Paris
Jérémie Nollet, doctorant Lille 2
Roselyne Rochereau, doctorante anthropologie, Caen
Julien Scolaro, doctorant science politique, IEP Aix-en-Provence

François-Xavier Dudouet est élu Président de l’association

Le bureau se réunira le 26 juin pour répartir les postes entre les membres

La séance est levée à 18h45.

Le président La présidente et secrétaire de séance