Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilDossiersEnseignement Supérieur et RechercheActualités → Position de l'ANCMSP sur la précarisation de (...)

Position de l’ANCMSP sur la précarisation de la recherche

Diffusé par l'ANCMSP le mardi 6 septembre 2005 · Imprimer

Le bureau de l’ANCMSP souhaite préciser les positions de l’association sur les conditions de recherche des chercheurs précaires.

Le cas du CIR ne fait qu’illustrer de manière criante le danger de la recherche sur projet et cela principalement pour les jeunes acteurs de la recherche. N’éludons pas, cependant, la responsabilité des chercheurs et des centres de recherche (publics comme privés). Nous leur demandons de refuser de profiter de la précarisation de la recherche et d’encourager de ce faisant cette fuite en avant. Il est fondamental que soit respectée une certaine déontologie vis-à-vis des jeunes chercheurs.

Car des appels d’offres de travail sont publiés sur la liste de diffusion mais aussi car la lutte contre la précarisation des jeunes chercheurs est au cœur des actions de l’ANCMSP (actions souvent peu connues des non-adhérents), l’association se doit de préciser qu’un travail de chercheur digne de ce nom exclut :

- les "libéralités" (offre de travail sous forme de bourse forfaitaire non salariée n’ouvrant pas de droits sociaux) [1].

- des montants de rémunérations inférieurs à l’équivalent du traitement mensuel brut d’un CR2 pour un docteur soit 2001 euros brut ou ingénieur de recherche pour un doctorant soit 1797,90 euros brut.

- des rémunérations excluant les frais professionnels (déplacement,matériel, repas, etc.)

- un travail scientifique sans possibilité de valorisation (publications,communications, etc..

- des contrats de courte durée (moins d’un 1 ans) et à mi-temps.

Au delà de ce cas précis, c’est la généralisation du modèle de la recherche par contrat qu’il convient de dénoncer. Mais si la critique générale est nécessaire, c’est dans ces enjeux pratiques ponctuels que doit être menée la lutte contre la commercialisation et la précarisation de la science. Et la responsabilité en incombe à chaque responsable de projet.

Les résultats des appels d’offre ANR seront rendus publics dans quelques jours. Si nous espérons vivement que notre discipline aura accès par ce biais à des financements permettant de mener à bien des recherches de qualité, nous mettons aussi en garde contre les risques de précarisation croissante des jeunes acteurs de la recherche. Ces appels d’offre prévoient des financements de jeunes chercheurs mais aucun cadre général n’est fixé. Le sort des jeunes chercheurs (rémunération, durée du contrat, etc.) dépendra donc du responsable de projet. Nous lançons donc un appel à tous les heureux responsables de projet dans notre discipline pour qu’ils respectent des conditions d’emploi décentes pour les jeunes chercheurs.

Ce communiqué a été diffusé auprès des abonnés de la mailing-list de l’ANCMSP le 6 septembre 2005.

[1Par ailleurs, nous précisons que des membres du bureau de l’ANCMSP choisissent de diffuser des informations sur les bourses car dans l’état actuel des financements en SHS, ils nous semble important que le plus grand nombre de doctorants puisse avoir accès à cette information. Sur le principe nous n’en condamnons pas moins ce mode de financement contre lequel nous nous battons. En effet, l’ANCMSP, à côté de d’autres associations de jeunes chercheurs et de SLR, travaille à la fin des libéralités et a notamment participé, par exemple, à des réunions avec le ministère des affaires étrangères afin que les bourses que ce dernier propose soient transformées en vrais salaires ouvrant des droits sociaux (sécurité sociale, retraite, chômage).