Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauListe de diffusionEmails du bureau aux abonnés, 2005-2007 → 2006 03 09 : mobilisation contre le CPE

2006 03 09 : mobilisation contre le CPE

Diffusé par l'ANCMSP le jeudi 9 mars 2006 · Imprimer

Sujet : [ancmsp] mobilisation contre le CPE
Date : Thu, 9 Mar 2006 14:22:23 -0800 (PST)
De : ANCMSP ANCMSP
Pour : listancmsp@lists.apinc.org

Le bureau de l’ANCMSP tient à relayer la pétition
suivante, dont il est signataire. Elle est à
l’initiative d’enseignants de l’université de Tours,
auxquels vous pouvez apporter votre soutien en la
signant et / ou en la faisant circuler.

Le bureau

Cher/es ami/es et collègues,
Voici le texte avec les premiers signataires. Nous
vous engageons dès à présent à faire circuler le texte
autour de vous, à le faire signer, à interpeller
partout les élus, responsables politiques en leur
envoyant ce texte pour qu’ils s’engagent dans les
débats et dans les luttes et favorisent les
convergences avec le mouvement étudiant et le succès
des mobilisations.
Texte et signatures seront adressés dans les jours qui
viennent aux organes de presse. Il est urgent de
mutiplier les initiatives et de faire connaître la
puissance du mouvement étudiant malgré un silence
médiatique assourdissant.

Pour signer le texte :
http://www.jussieu.ras.eu.org/cpepol/

Au lendemain des très graves événements qui viennent
de se dérouler à l’Université de Tours où les forces
de l’ordre sont intervenues dans la nuit du vendredi 3
mars alors que les étudiants occupaient les locaux,
nous, soussignés, universitaires, enseignants,
chercheurs, disons notre très vive inquiétude face à
la situation actuelle dans les universités où le
mépris du pouvoir face aux revendications étudiantes,
le refus de toutes rencontres de la part des autorités
de tutelle et des responsables politiques, le silence
en guise de réponse à l’inquiétude légitime face à
l’avenir laissent la voie ouverte à toutes les formes
de violence. La solution ne peut et ne doit pas être
policière. Pour être de ceux qui vivent année après
année aux côtés des étudiants, nous jugeons
extrêmement urgent que les responsables politiques de
ce pays entendent le profond sentiment de relégation
éprouvée par la jeunesse. Les étudiants, les lycéens
expriment depuis des semaines leur rejet d’un avenir
professionnel précarisé par le CPE, leur rejet de
réformes qui portent gravement atteinte au code du
travail. Ce rejet est profond et massif comme l’ont
montré de récents sondages et ne pas en tenir compte
relève d’un déni de démocratie. Nous demandons aux
forces politiques qui affirment leur opposition au CPE
de soutenir concrètement, à tous leurs niveaux
d’intervention, municipaux, départementaux, régionaux,
national, le mouvement étudiant. Nous leur demandons
d’affirmer l’existence de la politique dans ce pays
comme pouvoir réel d’intervention et de décision dans
la vie publique. Nous leur demandons d’exprimer leur
engagement dans le même combat que les étudiants en
associant réellement leur formes de mobilisation aux
leurs, en discutant avec les responsables étudiants
des perspectives de la lutte. Nous leur demandons de
porter d’urgence par toutes les formes de la lutte
politique dans les institutions et hors d’elles, une
exigence de réponse de la part du gouvernement se
traduisant par l’ouverture de toute urgence de
négociations avec les partenaires sociaux, en
particulier les représentants des syndicats, des
associations et coordinations étudiantes et lycéennes.

Florence Alazard, Université de Tours
Sylvie Aprile, Université de Tours
Thierry Aprile, IUFM de Créteil
Pascal Brioist, Université de Tours
Jacques Broda, Université d’Aix-Marseille
Natacha Coquery, Université de Tours
Benoist Pierre, Université de Tours
Laurence Ellena, Université de Poitiers
Pascale Girard, Université de Marne-la-Vallée
Louis Hincker, Université de Valenciennes
Sébastien Jahan, Université de Poitiers
Anne Jollet, Université de Poitiers
Olivier Orain, Université Toulouse-II
Patrice Péveri, Université de Paris VIII
Nathalie Rossi-Gensane, Université Toulouse-II
Nicolas Schapira, Université de Marne-la-Vallée
Marie-Karine Schaub, Université de Paris XII
Yannick Séité, Université Paris-VII
Jean Vigreux, Université de Bourgogne