Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauDisciplineRéunions AFSP-AECSP-CNU-CNRS → AECSP – AG Grenoble, 9 septembre 2009 (CR)

AECSP – AG Grenoble, 9 septembre 2009 (CR)

Diffusé par l'ANCMSP le mercredi 16 décembre 2009 · Imprimer

Bureau composé par tiers :
_3 profs
_3 membres CNRS-directeurs-Chargés de recherche
_3 maîtres de conférences

Julien Fretel :
Que faire de l’association ?
_Faire vivre l’association, mais avec une fonction différente de l’AFSP et l’ANCMSP
_Créer du lien, en cas de mobilisation par exemple
_Défendre la discipline et les collègues dans leur activité ; rendre visibles les collègues
_Veille juridique : faire attention aux rapports salariaux de plus en plus conflictuels (exemple de Lille 2).

Peser, faire des adhésions, avoir des correspondants, contacts avec les comités de sélection, rapports avec d’autres disciplines dont celles du secondaire.

Hélène Michel :
Complémentarité avec l’AFSP, considérée comme société savante, alors que AECSP = défense de la profession
Faire de l’asso un lien d’échange ; ne pas laisser un collègue isolé
Eviter la concurrence

Daniel Mouchard :
Légitimité pour exister en parallèle à l’AFSP
Mise en réseau des assos corporatistes
S’intéresser aux comités de sélection, à la gestion de la masse salariale par les universités
> ne pas laisser à l’AFSP le monopole sur ces questions

Frédérique Matonti :
Bilan des 4 dernières années : beaucoup d’actions communes avec l’AFSP et l’ANCMSP, notamment dans les démarches avec le ministère.
Point d’interface avec l’université quand il existe un problème
Faire un travail de lobbying « discret »

Romain Bertrand :
Intéressant de poursuivre le dialogue avec les chercheurs et les enseignants-chercheurs

Pierre Favre, dans la salle :
Regrette le manque de visibilité par rapport à l’AFSP, « qui aimerait être universelle » ; par rapport à l’ANCMSP, active, utile, soulève les problèmes des doctorants, d’accès à la profession.

Daniel Mouchard :
S’intéresser aux problèmes pédagogiques, au contenu des enseignements, au fonctionnement du CNU et de la section 40.
L’ANCMSP fait un travail utile sur les recrutements mais n’a pas vocation à se pencher sur les questions d’avancement, du CNU, des primes d’encadrement. Or, ce devrait être à l’AECSP de le faire.

Nathalie Ethuin, dans la salle :
Solidarité dans la discipline sur les cas locaux : remercie les 3 assos pour le cas de Lille 2 au printemps
Question sur la simplification des noms de diplôme : la science politique n’es plus un domaine mais une spécialité du droit ! = retour à avant 1971.
A Lille, la licence de science politique devient une licence de droit : que se passe t-il par rapport au ministère ?
Il s’agissait d’une note indicative, mais au moment du rendu des maquettes, le nom ne figurait pas.
On parle de « droit-éco-gestion » mais pas de science politique.
Problème dans les rapports de force locaux, souvent.
Quid ensuite de l’appellation du master ?

Question Olivier Ihl :
Difficultés à faire vivre l’asso, manque de visibilté. Avoir des outils de liaison pour être visible : un site Internet ?
« C’est dans le programme » (Fretel)
Moyens financiers de l’asso ? Songer à une professionnalisation.
Financements autres qu’individuels ? Opérations avec des partenaires ?
Cotisations pas suffisantes
L’AFSP étend son périmètre : urgence à trouver une spécificité à l’AECSP

Julien Fretel :
Elargir le bureau ? Représenter les grandes universités au bureau ?
Importance du porte-parolat.
Finances : « retour à l’ordre » avec Matonti.