Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauAdministration → Canal historique : améliorer le travail du (...)

Canal historique : améliorer le travail du bureau

Diffusé par l'ANCMSP le mardi 4 décembre 2007 · Imprimer

Un texte de Claire sur comment mieux travailler dans le bureau.

Organisation du travail au bureau : les points qui fâchent et quelques essais de propositions :

Au vu du peu d’efficacité de notre action, à la fois sur le positionnement sur la loi, sur le travail à fournir pour la CJC, et sur le suivi des recrutements, se pose systématiquement le même problème : la question de l’organisation du travail en collectif. Plus spécifiquement la répartition des tâches au sein du bureau, les logiques de clarification et de responsabilisation des différents membres du bureau, pour s’investir sur les gros dossiers, et la formation des nouveaux aux outils militants (site privé, procédures techniques et informatiques) posent problème.

Les points qui fâchent et qui posent problème :

1. une mauvaise organisation du travail en collectif : on est mal coordonné, et le travail de militants, de communication, et de fonds sur les dossiers est effectué par un petit nombre de personnes, toujours les mêmes.

2. une formation des nouveaux et un accompagnement sur les dossiers importants qui se fait à l’arrache :
-  problèmes d’utilisation du site privé : manque de formation aux procédures techniques et informatiques
-  problèmes d’intégration des nouveaux sur les différents dossiers de l’ANCMSP (CJC, recrutement académiques, loi autonomie et responsabilités) : moindre connaissance des positions de l’ANCMSP sur des questions importantes, et difficulté de poser clairement des positions sur des sujets importants.
-  Problèmes d’investissement des différents membres du bureau sur les différents dossiers de fond : clarifier les responsabilités de chacun, et mettre des deadlines, et quelques directives, pour favoriser une meilleure efficacité du travail sur les points de fond.

3. Les difficultés pour pouvoir mener des discussions de fond pour adapter les positions de l’ANCMSP : l’éloignement géographique, et le passage par la liste ne favorisent pas la mise en débat sur les discussions de fond.

Essai de propositions :

1. Sur l’organisation du travail en collectif :

° différencier l’organisation des tâches fonctionnelles, et l’organisation et la répartition du travail en collectif sur les dossiers de fond transversaux.

On a bien réparti les tâches selon des fonctions spécifiques en Juin.
Sur le travail de com :
Benji se chargeant du Système D
Claire se chargeant du JP (Jeanne et Clémence prenant le relai pour les quelques prochains mois).
Sur le travail de représentation :
Pierre et Joel à la CJC
Pierre vis-président
Joel Président
Sur le travail de trésorerie :
Mathieu
Clémence
Sur le travail de secrétariat :
Delphine
Claire
Sur le travail de suivi des recrutements :
Etienne
Sur le travail web, inscriptions et désinscriptions :
Fred, et Pierre.
Chacun sait donc à ce niveau ce qu’il a à faire.

Cette répartition n’est pas suffisante. Il s’agit aussi de se répartir les tâches selon des dossiers de travail et de fond prioritaires, qui sont transversaux.
On pourrait répartir en quatre grands dossiers prioritaires, placer une personne coordonnant les actions, et la mise en place de fiches informatives et descriptives, sur ces dossiers. Cette personne serait accompagnée d’une équipe de deux ou trois personnes, chargées de bosser plus spécifiquement sur ce dossier, afin d’éviter la dispersion, et de favoriser une meilleure organisation des tâches. Nous sommes 12 au bureau : ça correspondrait à quatre grands dossiers suivis par trois personnes différentes, avec un référent sur chaque équipe. Logiquement, les référents seraient les membres « anciens » du bureau, qui connaissent mieux les positions, et les procédures, à même de guider les autres. Cela permettrait de favoriser la socialisation des nouveaux sur les gros dossiers, et d’éviter la dispersion dans tous les sens. Cela permettrait de définir quelques principes directifs, pour savoir ce qu’on fait, et comment on fait les choses, de mieux transmettre les savoirs militants.

Propositions de définition des dossiers de fond sur les quels travailler :

A mettre en débat, selon les positions des différents membres du bureau…..Ce serait un peu la stratégie annuelle de travail de l’ANCMSP. On choisirait des dossiers prioritaires sur lesquels on bosse : par exemple à la CJC : sur quoi s’investit-on spécifiquement ? On ne peut pas tout faire, de même sur le dossier des relations avec les associations de titulaires, et sur les autres dossiers : il s’agit de choisir des points prioritaires de notre action, afin de ne pas se perdre, et de favoriser une efficacité du travail de l’asso. Ces stratégies devraient être mises en débat au début de chaque année, selon ce qui nous semble propice à faire l’objet d’adaptation.

° Dossier sur les carrières et recrutements académiques : implication de la loi sur l’autonomie sur les procédures de recrutement dans la science politique, diversification des débouchés, liens organismes de recherche et universités.
° Dossier sur le travail à la CJC : prise de position de l’ANCMSP, et investissement sur des dossiers spécifiques de la CJC, qui intéressent particulièrement les membres de l’ANCMSP (Exemple : Dossier « contractualisation des Jeunes chercheurs » et « attractivité des carrières pour les Jeunes chercheurs », Dossiers « Jeunes Chercheurs étrangers », Dossier « Recrutement académiques et procédures de recrutement », Dossiers « Mobilité des enseignants chercheurs », Dossiers « professionnalisation du doctorat »).
° Dossier sur le travail de données sur l’état des lieux de la science po : enquête état des lieux de la science po dans les universités, suivi des recrutements et des procédures de transparence au sein des Universités (auditions, listes des auditionnés)
° Dossier sur les relations avec les associations de titulaires, les organisations syndicales, ou encore SLR : travailler sur les possibilités de partenariat, et la prise de position commune sur différents points.

° Mettre des deadlines, afin de donner des repères, aux gens pour qu’ils puissent savoir, quand il s’agit de devoir rendre les documents : cela permet aussi de contraindre les personnes à travailler un peu régulièrement, en évitant de travailler par à coup, et sur le coup de l’urgence. Pour cela il faut définir une stratégie de travail sur les dossiers de fond.

° Que les gens choisissent de s’investir dans un des quatre dossiers, tout en excluant pas les échanges : au contraire cela devrait permettre de faciliter le travail de fond pour l’assoc, car chacun saura ce sur quoi il faut qu’il bosse. Ce sera donc plus clair, et on pourra mieux accompagner les gens.

2. Sur le travail de formation et la mise en débat des positions de l’ANCMSP :

° Intégrer les nouveaux membres du bureau dès Janvier, en explicitant le travail à fournir, et en les intégrant sur la liste bureau, quelques mois avant leurs entrées dans le sanctuaire. Cela éviterait les chocs, et le « trop plein » d’informations dans une période spécifique, en étalant sur quelques mois, la socialisation d’un nouveau membre du bureau, au travail militant et administratif de l’ANCMSP. Cela permettrait de faciliter la transmission des savoirs militants. Pour cela, proposons de chercher dès Novembre, des personnes intéressées, et de les inclure dès Janvier sur le travail du bureau.

° le choix des personnes recrutées au bureau : favoriser une juste proportion de doctorants et de docteurs : en priorité des docteurs, car ils ont déjà un réseau constitué, et aussi une expérience des procédures de recrutement, et de la thèse.

° Mettre en place des sessions de formations sur le site privé, et sur les outils militants de l’ANCMSP, lors des réunions de bureau, afin de favoriser la transmission des savoirs et techniques militants, et de l’utilisation des outils.

° favoriser la mise en débat sur les dossiers de fond, lors des réunions bureau : pour cela il faut accorder autant de temps, à la répartition et au suivi des tâches régulières de l’association, mais aussi sur les positions de l’ANCMSP sur différents dossiers.