Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilDossiersEnseignement Supérieur et RechercheActualités → Candidatures ANCMSP aux élections "juniors" du (...)

Candidatures ANCMSP aux élections "juniors" du CA de l’AFSP

Diffusé par l'ANCMSP le jeudi 6 septembre 2018 · Imprimer

L’AFSP ouvre un collège jeunes chercheur·e·s à son conseil d’administration. L’ANCMSP présente trois candidat·e·s aux élections qui auront lieu mi-septembre. Réservée aux non-titulaires, cette élection inédite nécessite d’être à jour de son adhésion à l’AFSP avant le 9 septembre (tarif jeunes chercheur·e·s à 17 euros). Si vous le pouvez, nous vous remercions de nous soutenir en participant à cette élection et en votant pour nos candidat·e·s.

L’Association Nationale des Candidat·e·s aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP), créée en 1995, est une association nationale et professionnelle qui a pour objectif la défense des intérêts des chercheur·e·s non-titulaires dans notre discipline. La création d’un collège « jeunes chercheur·e·s » au CA de l’AFSP allant dans le sens d’une plus grande reconnaissance de la place des doctorant·e·s et docteur·e·s sans poste dans le monde académique, nous avons souhaité proposer trois candidatures : celles de Safia Dahani, Romain Blancaneaux et Kevin Vacher, tou·te·s trois membres du bureau de l’ANCMSP.

L’ANCMSP, membre de la Confédération des Jeunes Chercheur·e·s (CJC) et investie dans les mobilisations des précaires de l’ESR de ces dernières années, se saisit donc de cette opportunité pour continuer à faire avancer les droits des non-titulaires de l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR), à commencer par les points suivants que nous souhaitons voir portés par l’AFSP :
Faire face à la dégradation du marché du travail dans l’ESR. Nous revendiquons une augmentation du nombre de postes pérennes, l’égalité de traitement entre candidat·e·s ainsi que l’amélioration des conditions de travail des contractuel·le·s. Nous défendons la transparence des offres d’emploi et de leurs résultats, ainsi que des pratiques de recrutement respectueuses des candidat·e·s.

  • Rendre davantage visibles les situations de précarité. Ces dernières foisonnent en science politique et dans l’ESR en général (contrats sous payés, généralisation des contrats précaires, (non) paiement des vacations, etc.).
  • Veiller à ce que les institutions de recherche prennent davantage en compte les jeunes chercheur·e·s. Nous croyons que l’organisation de notre discipline nécessite une meilleure intégration des doctorant·e·s et docteur·e·s sans poste, fortement présent·e·s en science politique. Ainsi, nous défendons une meilleure représentation des jeunes chercheur·e·s au sein des écoles doctorales, des UFRs, des laboratoires, mais aussi dans les comités de pilotage des projets du type ANR et dans les principales associations de la discipline. Nous souhaitons à ce titre assurer une meilleure représentation des jeunes chercheur·e·s au Congrès de l’AFSP (débats, sessions).
  • Permettre une meilleure collaboration entre les associations nationales, en particulier sur les questions relatives aux politiques de l’ESR, afin de rendre possible des prises de position communes.
  • Mettre en avant les thématiques de l’égalité femme/homme dans la discipline et la sensibilisation aux questions de harcèlement. Plus généralement, il s’agit de combattre toute forme de discrimination dans le monde académique.

Nous invitons ainsi l’ensemble des jeunes chercheur·e·s adhérent·e·s de l’AFSP à voter pour nos candidat·e·s Safia Dahani, Romain Blancaneaux et Kevin Vacher.

Profession de foi de Safia Dahani

Safia Dahani est doctorante en science politique en 5ème année au Laboratoire des Sciences Sociales du Politique (LaSSP) à l’I.E.P de Toulouse, ATER à l’IEP d’Aix-en-Provence et membre du bureau de l’ANCMSP.

« Face au constat de la sous-représentation des jeunes chercheur·e·s en science politique et à la précarité grandissante de nos professions, je me suis engagée depuis le début de ma thèse dans la défense des intérêts des jeunes chercheur·e·s et des précaires dans mon laboratoire et j’ai rejoint le bureau de l’ANCMSP durant l’été 2018 afin de poursuivre ces engagements au niveau de l’intérêt général national des jeunes chercheur·e·s de la discipline. Représenter les JC au CA de l’AFSP me permettrait, en lien avec les activités et revendications de l’association, de porter les questions de précarité des carrières des jeunes chercheur·e·s dans la science politique, d’appuyer sur les besoins de transparence dans les recrutements et surtout de tenter d’améliorer la représentativité des jeunes chercheur·e·s dans la discipline. En bref de continuer à tenter d’améliorer les conditions d’exercice de notre métier dans un contexte de désinvestissement des pouvoirs publics et de pénurie de postes. »

Profession de foi de Romain Blancaneaux

Romain Blancaneaux est docteur en science politique de l’Université de Bordeaux, chercheur associé au Centre Émile Durkheim (CED), Sciences Po Bordeaux, Visiting Scholar à l’Institute of Political Science of the Slovak Academy of Sciences, Bratislava (Slovaquie) et membre du bureau de l’ANCMSP.

« Prendre part à l’activité du bureau de l’ANCMSP et à la co-organisation des Rencontres de la Science politique à Paris 8 en juillet dernier m’a convaincu de la nécessité d’institutionnaliser la collaboration entre associations, ainsi que de travailler à l’intégration des non titulaires, dont l’ANCMSP a fait son objectif depuis sa création. Je ne peux qu’apprécier que l’AFSP ait unanimement adopté la réforme de ses statuts visant à rendre possible une représentation réservée à 3 étudiant·e·s, doctorant·e·s, docteur·e·s sans poste et post-doctorant·e·s. S’il faut espérer pour elles et eux que l’institutionnalisation d’évènements tels que les Rencontres leur permettent de prendre davantage voix au chapitre, j’estime nécessaire d’aborder collectivement au sein de l’AFSP des sujets alors portés à la discussion : procédures de recrutement, représentation dans les conseils des Écoles Doctorales, attribution aux jeunes chercheur·e·s d’un plus grand poids dans les espaces décisionnels dont ils et elles sont pour l’instant exclu·e·s bien que concerné·e·s, prise en compte de la multiplicité des inégalités et discriminations qui les atteignent, visibilisation de leurs situations et en particulier des plus précaires. Les chantiers sont nombreux et j’entends participer activement à la meilleure intégration et la défense des jeunes chercheur·e·s dans la vie de la science politique. »

Profession de foi de Kevin Vacher

Kevin Vacher est doctorant en science politique à l’Université Paris 8, affilié au CRESPPA-CSU, financé par Pôle Emploi et membre du bureau de l’ANCMSP.

« Depuis mon inscription en doctorat, j’ai participé à la construction des collectifs des travailleur·se·s précaires de l’ESR. L’ESR a été depuis une vingtaine d’année au cœur des expérimentations de la précarisation du monde du travail. Face à cela, les non-titulaires, toujours plus nombreux·ses et précaires se sont fait·e·s entendre à travers leurs mobilisations parfois victorieuses. Après une dizaine d’années de mobilisations et en nous appuyant sur celles-ci, cette expérience a désormais besoin de franchir un nouveau cap en investissant des espaces académiques légitimes et en utilisant l’ensemble des leviers à notre disposition pour interpeller les institutions concernées. Le mutisme du Ministère depuis plusieurs années est effarant. C’est pourquoi j’ai rejoint le bureau de l’ANCMSP au printemps dernier. Forte de plus de vingt ans de reconnaissance et d’activité en faveur des droits des non-titulaires de la discipline, l’ANCMSP me semble aujourd’hui le meilleur outil pour en obtenir de nouveaux. Notre action au sein du C.A. de l’AFSP nous permettra d’agir et de réfléchir avec nos collègues titulaires à l’avenir de la discipline dans un contexte de précarisation croissante du travail et de pénurie budgétaire organisée ainsi qu’à nos rapports de travail entre chercheur·e·s de différents statuts. »