Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauDiscipline2007-2008 : Enquête Revues (inaboutie) → Classement des revues-Echanges de mails avec (...)

Classement des revues-Echanges de mails avec Faben Jobard

Diffusé par l'ANCMSP le samedi 26 juillet 2008 · Imprimer

Au printemps 2008 on annonce un classement des revues en SHS.

Suite à la sollicitation du bureau (enfin Joel et Pierre surtout), voici une réponse provisoire de Fabien Jobard (alors secrétaire scientifique de la commission section 40 du Comité national de la recherche scientifique, mandat 2004-2008) à propos du classement des revues en SHS :

Bonjour !

Il y a quelques semaines, quelques mois, l’un d’entre vous m’avait demandé ce qu’il en était du classement des revues. Entre temps, il y eut les concours, puis un bug de ma messagerie, bref... Je ne réponds que maintenant, mille excuses.

Les choses évoluent beaucoup de ce côté. Pour faire bref (si tant est que l’on puisse faire bref sur un tel sujet) :
1) Jusqu’à présent, les sections du Comité national ne se prononcent que sur les revues qui adressent des demandes de subvention au CNRS. Les sections les classent selon les mérites scientifiques qu’elles leur reconnaissent, puis les départements prennent leurs décisions de subvention. Ainsi, la 40 a dû classer à l’automne 2006 puis à l’automne 2007 environ une petite vingtaine de revues. Je pourrais vous donner ces classements, mais d’autres choses sont en cours sur les revues, qui paraîtront bientôt et seront beaucoup plus complètes. Trois revues, en tout cas, avaient été classées A+ : RFS, Socio du T, Genèses.
2) Le CNRS a dans le même temps formé un groupe de travail, dont je suis, sur les revues SHS. Ce groupe de travail a soumis aux sections des listes de revues propres à chaque discipline. Il ressort de ces consultations diverses, qui ont été étendues à un certain nombre de patrons de labos, deux listes : l’une des revues de socio (n=230), l’une des revues de science politique (n=157). Attention : revues francophones et non francoph.
3) Il s’agit à présent de classer ces revues, et c’est l’objet de réunions prochaines de ce groupe de travail. Le classement qui est proposé est le classement ERIH (http://www.esf.org/research-areas/humanities/research-infrastructures-including-erih.html).
4) Compte tenu du foisonnement actuel du paysage en science sociales (!), un groupe de travail "science politique" a été formé qui réunit l’AERES, le CNU, l’AFSP et la section 40. Ce groupe proposera un classement, à partir de la liste des revues du groupe de travail CNRS. Ce classement est réputationnel. Il sera susceptible d’évoluer à fréquence régulière, selon les évolutions des instances mentionnées. Il sera établi selon les critères suivants :
A = revues généralistes de tout premier plan + revues spécialisées de tout premier plan dans leur champ.
B = revues généralistes et spécialisées importantes.
C = revues généralistes et spécialisées de second rang.
5) Parallèlement, j’élabore pour la section et pour les deux groupes mentionnés, une objectivation inverse, qui consiste à voir où les chercheurs de la section (ou du moins les chercheurs science politique de la section) publient, et ce à partir des dossiers individuels des chercheurs. On recense 156 publications dans des revues françaises en un an par les chercheurs de la section (mais revue française n’est pas revue francoph, et chercheur 40 n’est pas chercheur sc pol...) : cette liste recoupe-t-elle la liste sur laquelle nous travaillons ? Si non, qu’en conclure ?

Voilà. Les choses sont en cours, mais je voulais vous répondre sans attendre. Je n’entre pas plus dans les détails puisque les groupes de travail n’ont pas encore publié le produit de leurs travaux. Ce sera chose faite dans les semaines qui viennent et je vous tiendrai informé de ce qu’il en est car tout ces travaux poursuivent un objectif, qui est l’objectivation des critères d’excellence, lesquels critères sont, bien sûr, de toute première importance pour des candidats aux métiers académiques. Cet effort de rationalisation poursuit un objectif de transparence, et j’espère qu’il ira à son terme assez vite.

La question m’avait été adressée par un membre du bureau. C’est donc au bureau de l’association que ma réponse est destinée, pas à l’ensemble des inscrits de votre liste. Nous publierons les choses lorsque les groupes de travail auront remis leurs rapports ou arrêté leurs décisions.

Bien cordialement,
bon courage pour la période qui s’annonce,

Fabien Jobard.

[Suite de l’échange, entre fin mars et fin avril 20008]

Bonjour

Merci beaucoup pour votre réponse.

Nous avons l’impression que cette question du classement des revues n’est pas une question annexe et nous sommes plus ou moins rassuré que de multiples groupes travaillent sur cette question concernant nos sections.

Nous attendons les résultats des travaux des commissions avec impatience

Cordialement,

Pierre MAYANCE
Pour le bureau de l’ANCMSP


Bonjour !
Que l’on me garde de toute malveillance, mais je sens un agacement dans votre message. Y a-t-il une inquiétude dont vous voudriez me faire part ?
Merci, FJ


Re bonjour !

Non pas du tout d’agacement !

Ma phrase, dont la formulation était peut être maladroite, voulait souligner le fait que si tant que commissions s’interessait à cette question, j’en déduisais que cette question était perçue comme un enjeu par les institutions et donc j’exprimai au contraire mon contentement.

Personnellement, je suis plutot rassuré que "nos" "disciplines" prennent cette question à bras le corps.

J’ai l’impression qu’il est compliqué d’aller contre tous ces classements qui vont être de plus en plus utilisés pour controler le travail des universitaires.

Ayant été aussi vice président de la Confédération des Jeunes Chercheurs l’année dernière, j’ai suivi de très près les réformes pécresse et ses chantiers. Je suis aussi au Conseil Scientifique de l’Université Paris Dauphine où 50% du BQR part sur un système de primes à la publi, qui profite aux gestionnaires et aux matheux qui ont développé depuis trois ans (c’est donc aussi nouveau chez eux) une politique d’aide à la publication basé sur des classements de revues à étoiles ou A-B-C. Résultat les labos qui n’ont pas de politique d’aide à la publi cotisent quand même au BQR et récupèrent bcp moins d’argent...

il y a donc plusieurs raisons qui ont pousser l’ANCMSP à vous poser ces questions, en plus de demandes de membres de revues qui cherchaient à savoir comment être indexé par le CNRS ou des candidats qui essaient de comprendre comment ils sont évalués.

Il y a bien sûr plusieurs possibilités de classements, avec des classements privés...

Donc pour résumer, il n’y avait pas d’agacement, par contre concernant les inquiétudes, elles restent permanentes, mais on se soigne.

Pierre MAYANCE
Pour le bureau de l’ANCMSP


OK, bien reçu.

Nous voilà au coeur du dilemne habituel : faut-il participer aux instruments dans l’espoir de les améliorer, mais encourir alors le risque de les consacrer ?
Personnellement (mais je n’engage que moi), je participe à ces groupes de travail pour être en position de mieux mettre en avant la position, par exemple, du Comité national (cf. motion décembre 2004 sur l’aeres) : il faut du qualitatif dans l’évaluation, laquelle doit être menée par des pairs sur la base de critères transparents etc. (c’est aussi cette exigence de transparence, du reste, qui renforce ma participation à ces groupes). On verra si le calcul se sera avéré fructueux, ou non...

Il est clair que le système invente désormais mille manières d’individualiser/fractionner/éparpiller le travail scientifique. La transformation de BQR en primes, telle que vous me le rapportez là, est une pratique assez stupéfiante de ce point de vue. Aurait-elle été possible sans classement A B C des revues ? Elle aurait un peu élevé les contraintes de justification. Mais les promoteurs de cette prime n’auraient pas reculé. Du moins je crois...

En tout cas, nous informerons la communauté de tout cela. Mais les processus sont compliqués, parfois contradictoires, et pris dans des tourbillons bureaucratiques (tels que la transformations des EPST en Instituts...) qui risquent à tout moment de tout emporter.

Je vous tiens au courant, sans souci.

Bien cordialement,
et bon courage pour la suite,
FJ.

Le 30 juil. 08 à 19:06, ANCMSP ANCMSP a écrit :

Cher Fabien Jobard,

Nous nous permettons de vous recontacter suite à notre échange du mois de mai. Vous nous aviez à l’époque évoqué la mise en place d’un groupe de travail destiné à classer les revues de science politique. Comme vous avez pu le constater, certains s’interrogent à propos du classement AERES.
Avez-vous d’autres informations ?

Bien cordialement, et bon été
Le bureau de l’ANCMSP

Le 18 août 08 à 13:19, Fabien Jobard a écrit :

Oui et non. Il faut que je voie auprès de Gaudin ce que l’aeres a finalement publié des listes en discussion, et je vous reprécise.
FJ.


Original Message ----
From : Fabien Jobard <jobard.fabien@wanadoo.fr>
To : Fabien Jobard <jobard.fabien@wanadoo.fr>
Cc : ANCMSP ANCMSP
Sent : Friday, August 29, 2008 7:42:43 PM
Subject : Re : Classement(s) revues AERES

Ca y est, j’ai d’autres informations. Comme vous l’avez vu, une liste aberrante a été mise à disposition sur le site de l’aeres. D’près mes renseignements, un oubli fait que les revues de science politique n’y sont pas. J’attends qu’elles y figurent, et je réagirai publiquement à cette liste, qui de toute évidence est à l’envers de toute raison.
Bon week-end,
FJ.

Le 1 sept. 08 à 09:26, ANCMSP ANCMSP a écrit :

Cher Fabien Jobard,

Merci pour ces précisions. La liste porte en effet à confusion (des revues de science politique rangées dans la catégorie "sociologie-démographie" ou d’autres catégories comme "géographie") et procède par occultation pure et simple de la discipline "science politique".

Le bureau envisageait de réagir dans les prochains jours à ce classement par un petit texte d’analyse qui serait diffusé sur la liste Ancmsp et sur le site de l’association. Nous pourrions y inclure votre réaction si vous le désirez (en faisant un doc PDF du tout). Mais si vous préférez intervenir ensuite, il n’y a aucun souci.

Par ailleurs, auriez-vous des renseignements sur les "personnalités" dont il est question et qui ont contribué à établir ce classement ? Y a-t-il des représentants de la science politique en dehors de la section 40 ?

Cordialement,

Le bureau de l’ANCMSP.

Réponse de F.Jobard, le 1er septembre 2008 :

Je vous propose d’attendre quelques jours, que les revues de la liste soient intégrées à cette liste. Nous y verrons plus clair ensuite. Laissez-moi le temps également de contacter un collègue de l’aeres pour étudier une réaction commune.
Merci, FJ.