Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauListe de diffusionLutte contre les offres d'emploi (...) → Dossiers “Savoie” et “Bordeaux”

Dossiers “Savoie” et “Bordeaux”

Diffusé par l'ANCMSP le dimanche 8 août 2010 · Imprimer

Une archive de discussions email avec l’Université de Savoie et avec l’IEP de Bordeaux, où des cas ambigus montrent comment les facs finissent par recruter des vacataires au lieu de créer des postes d’ATER (Savoie), et comment les annonces de financement menacent parfois d’être des libéralités (Bordeaux).

La tonalité des échanges vous mettra sur la voie : c’est un mélange d’acquiescement et de menaces… (cf. notamment les passages en gras). C’est dans ce rapport de forces qu’on construit un véritable travail de lobbying pour l’équité et la transparence.

Stratégiquement, il faut continuer ce travail de vigie. Commentaire de Pierre Mayance, consulté sur la question : "Sur la question cas d’espèce, si vous sortez ces cas, il faut continuer alors durant toute l’année à faire le Canard enchaîné de la science politique et sortir tous les cas, sur tous les sites universitaires !" — Et oui. C’est comme ça qu’on équilibrera le rapport de forces. C’est le versant le plus syndical de l’action de l’association.

Des vacataires au lieu d’ATER : Université de Savoie

1. Message diffusé sur la liste

From : Frederic Caille

Date : 2010/5/21

Subject : [ancmsp] Postes vacataires Chambéry

To : listancmsp@lists. apinc.org

Bonjour,

Deux postes de vacataires à temps plein (96h TD) sont à pourvoir pour la rentrée 2010-2011 à la faculté de Droit de l’Université de Savoie à Chambéry. L’essentiel des services à assurer consistant dans des TD de droit constitutionnel en 1ère année, les candidatures de politistes sont encouragé es (conditions habituelles pour les vacataires et déplacements pris en charge).

Les candidats intéressés sont priés d’envoyer un CV et une brève lettre de motivation à cette adresse :

Alexandre.Guigue@ univ-savoie. fr

Bonne chance à tous !

F. Caille

Maître de conférences en science politique

Université de Savoie

2. Email du bureau aux concernés, après discussion

Bonjour,

Vous avez récemment fait circuler l’email ci-dessous auprès des abonnés à la mailing-list de l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP).

Notre association poursuit plusieurs objectifs visant à améliorer la condition des jeunes chercheurs, en partenariat avec d’autres associations comme la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC) et les associations représentatives de la science politique. Notre communiqué récent "Halte au travail gratuit ! <http://ancmsp.com/Halte-au-travail-...> " fait écho à cette revendication générale.

Concernant les deux offres d’emploi de votre Université, nous souhaiterions comprendre pourquoi un service de 192h d’enseignement n’a pas donné lieu à la création d’un poste d’ATER à temps plein, ou de deux postes d’ATER à mi-temps, en section 02 (droit public) ou 04 (science politique), ou même d’un poste de Maître de Conférences dans les mêmes sections.

Le travail effectué par un vacataire n’est en effet pas un poste et prive les candidats aux métiers de la science politique de la rémunération et des bénéfices auxquels peuvent légitimement aspirer à leur niveau de qualification. Le statut d’ATER nous semble recommandable dans le cas présent, d’où notre questionnement.

Merci d’éclaircir cette situation dès que possible ; dans l’attente de votre réponse,

Bien à vous,

L’ANCMSP

3. Réponse mi-figue mi-raisin du MCF de droit public suivant les recrutements

De : iMac <Alexandre.Guigue@univ-savoie.fr>

À : ANCMSP  ; frederic.caille@univ-savoie.fr

Envoyé le : Ven 21 mai 2010, 19h 18min 41s

Objet : Re : Renseignements sur le recrutement de vacataires par l’Université de Savoie

Madame, Monsieur,

En réponse à vos questions, voici des éléments d’information.

Nous sommes effectivement à la recherche de vacataires en droit public pour l’année prochaine mais pour un volume très incertain qui dépend d’une politique de petits groupes en première année et du recrutement de MCF et de PR.

Il n’y a donc pas 2 postes de vacataires à pourvoir mais, peut-être l’équivalent de 2 fois 96h en TD au maximum si nous sommes en mesure de créer tous les groupes. La création d’un poste ATER ne dépend pas de l’UFR mais de l’université qui statue en fonction des besoins à partir des maquettes de notre contrat quadriennal.
Enfin, nous recherchons en priorité des doctorants en droit public dans l’intérêt du service et en raison de leurs compétences pour effectuer des enseignements en droit.
Cela étant, croyez bien que nous nous battons chaque année pour obtenir des postes ATER et nous nous battons aussi pour que les doctorants ne se retrouvent pas en situation précaire.

A l’heure actuelle (année 2009-2010) nous ne disposons que d’un seul poste ATER occupé par un doctorant en droit public. Nous serions les premiers ravis d’en avoir plus mais cela dépend du volume horaire de travaux dirigés qui correspond à nos maquettes.

J’espère enfin que l’ouverture dont nous faisons preuve à l’égard de doctorants en 04 pour enseigner en 02 sera bien perçu par les sciences-politistes et que nous ne serons pas dissuadés dans notre démarche.

Dès lors que nous connaîtrons exactement (septembre) le nombre d’heures à pourvoir en plus de nos postes ATER en travaux dirigés de droit public, nous aurons recours, de manière mesurée, à des vacations et nous n’excluons pas de faire intervenir des doctorants en science politique si leur profil paraît convenir à notre comité de sélection.

Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Alexandre Guigue

Maître de conférences en droit public

Université de Savoie

4. Réponse du bureau

Bonjour,

Merci pour votre réponse. L’ouverture à la section 04 est naturellement la bienvenue du point de vue de notre association, qui fait toutefois très attention à ne pas encourager la précarité parmi les candidats aux métiers de la science politique.

L’information ayant circulé sur notre liste de diffusion mentionnait, comme indiqué précédemment, "deux postes de vacataires à temps plein (96h TD)". Nous corrigerons cette imprécision en signalant que le volume horaire sera peut-être inférieur.

Dans l’éventualité où le volume horaire d’enseignement disponible serait bien de 96h de travaux dirigés, nous espérons naturellement que votre université décidera de créer le poste d’ATER à mi-temps auquel ce volume horaire correspond, comme cela se pratique couramment dans toutes les autres universités avec lesquelles nous somme en contact.

Bien à vous,

L’ANCMSP

Bourses (libéralités) ou contrat doctoral ? (IEP Bordeaux)

1. Message diffusé sur la liste

De : Olivier Costa

À : "listancmsp@lists.apinc.org"

Cc : Sylvain Brouard

Envoyé le : Dim 30 mai 2010, 16h 04min 24s

Objet : [ancmsp] 1 Bourse doctorale (36 mois) disponible à SPIRIT, Sciences Po Bordeaux

1 Bourse doctorale (36 mois) disponible à SPIRIT, Sciences Po Bordeaux

Programme de recherche « Les acteurs du bicaméralisme en France : biographies et activités des sénateurs »

Mission

Le Programme de recherche « Les acteurs du bicaméralisme en France : biographies et activités des sénateurs » a reçu un financement de 3 ans par le Conseil régional d’Aquitaine. L’objectif de la recherche est de combler le manque d’études relatives au bicaméralisme, aux chambres hautes et aux membres de ces assemblées en France et plus largement dans les démocraties contemporaines. Le projet est centré sur les sénateurs français dans une perspective comparée, internationalement d’abord c’est-à-dire par rapport aux autres chambres hautes mais également au niveau national par comparaison avec les députés.

L’école doctorale de Sciences Po Bordeaux fournira au doctorant un programme académique cohérent qui sera complété par l’acquisition d’une expérience pratique du travail de recherche du fait d’une implication intense et de long terme dans le fonctionnement du programme de recherche. Le Programme de recherche est partie prenante de réseaux internationaux (Comparative Agenda Project, PARENEL, etc.) qui favoriseront également les opportunités de carrière internationale du doctorant.

Thèmes de Recherche

Pour la bourse doctorale, seront considérés en priorité les candidats dont les centres d’intérêts portent sur les Parlements, l’activité législative et l’étude des agendas politiques. Le sujet de thèse du doctorant devra être lié au thème du programme de recherche.

Qui peut candidater ?

Le candidat peut être un ressortissant de l’Union européenne, d’un pays associé à l’UE ou d’un pays tiers.

Conditions requises pour la candidature

Les candidats doivent remplir les conditions suivantes :
- l’obtention d’un master en sciences sociales
- un excellent niveau de français
- un excellent niveau d’anglais
- des connaissances en analyse quantitative des données ;
- la maîtrise des bases de l’informatique ;
- une très forte motivation ;
- une excellente capacité à travailler en équipe
- être capable de répondre aux besoins jugés pertinents par l’équipe d’accueil.

Procédure de recrutement

Eléments à envoyer dans le dossier de candidature :

- une lettre de candidature détaillant les motivations de la candidature ainsi que présentant vos centres d’intérêt scientifique et la manière dont ils s’intègreraient au programme de recherche ;
- un curriculum vitae détaillé ;
- une copie certifiée des diplômes et résultats ;
- deux lettres de recommandation ;
- un exemplaire de vos travaux écrits.

Candidature et autres informations :

Le dossier doit être envoyé par email et courrier postal à :
Tinette Schnatterer,
SPIRIT,
Sciences Po Bordeaux
11 allée Ausone
33607 Pessac Cedex

Pour toute information sur la bourse doctorale, contactez Tinette Schnatterer :
t.schnatterer@sciencespobordeaux.fr

Les dossiers de candidature doivent être reçus au plus tard le 15 août 2010.

2. Email du bureau aux intéressés, après discussion

Bonjour,

L’ANCMSP a reçu votre email récent sur notre liste de diffusion, et souhaiterait obtenir plusieurs précisions sur le statut du financement que propose l’IEP de Bordeaux. Le terme "bourse doctorale" laisse en effet entendre que le financement sera fourni sous forme de libéralité, ce que l’ANCMSP et la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC) combattent depuis plusieurs années.

Le travail rémunéré sous forme de libéralité, qui prive les jeunes chercheurs de protection sociale et d’indemnités lors de leur période de chômage, est par ailleurs illégal au regard du Code du travail, et a fait l’objet d’une [circulaire ministérielle-http://ancmsp.com/Circulaire-relative-aux] demandant la résorption de ces financements.

Il est cependant tout à fait possible que le financement que vous proposez soit accordé sous forme de contrat doctoral. Pour éviter toute confusion, pourriez-vous, en conséquence, communiquer à la liste ou au bureau de l’ANCMSP :

- le montant exact du financement proposé
- le statut exact du contrat qui sera signé avec le doctorant ?

Merci par avance,

L’ANCMSP

3. Email d’Olivier Costa à Sylvain Brouard et au bureau

De : Olivier Costa

À : ANCMSP

Cc : Sylvain Brouard

Envoyé le : Lun 31 mai 2010, 6h 25min 08s

Objet : Re : Re : [ancmsp] 1 Bourse doctorale (36 mois) disponible à SPIRIT, Sciences Po Bordeaux

Sylvain,

Je te prie de bien vouloir repondre a la sainte inquisition (oui, j’ai bien vu que le bureau faisait partie des destinataires du present message).

Bien cordialement

Olivier

4. Emails du bureau à Sylvain Brouard et à la doctorante qui "gère" le dossier (elle est allemande et apparemment hors de France…). Aucune réponse après plus de dix jours.

Proposition de communiqué pour traiter des deux cas

Exposé des motifs : plusieurs offres de financement ou d’enseignement sont parvenues sur la liste avec des signes évidents de mauvais traitement des jeunes chercheurs : transports non remboursés, rémunération non indiquée, financement par libéralité… L’ANCMSP a contacté les auteurs à chaque fois pour éclaircir les situations mais n’a récolté que du mépris ou des explications confuses, voire des menaces ou tout simplement aucune réponse. Je propose donc de jeter un pavé dans la mare, fort de la légitimité de l’AG et du nouveau bureau qui va intégrer des représentants de plusieurs groupes locaux, et qui doit aussi retrouver un ton militant fort et clair face aux menaces constantes dans le contexte post-LRU. Je propose notamment ci-dessous que l’AFSP intègre les trois associations dans son projet de charte éthique, et que la transparence de l’information en fasse partie. Je propose aussi de rallier l’AECSP et l’AFSP à titre de co-signataires d’un communiqué commun.

Pour une science politique professionnelle, transparente et respectueuse de ses jeunes chercheurs

Commentaire de Fr. : un peu hors-sujet comme titre vu que le problème en Savoie est en droit… Donc trouver mieux.

La science politique française est une discipline ouverte sur l’international et sur les autres disciplines des sciences sociales. Elle se donne des critères de scientificité rigoureux, et elle assure une représentation de ses personnels, grâce à trois associations professionnelles.

Un chantier inachevé à l’intérieur de la discipline concerne l’éthique et la déontologie professionnelle applicable à l’activité d’enseignant-chercheur en science politique, à tous les niveaux de qualification.

Aujourd’hui, l’ANCMSP s’appuie sur quinze ans d’expérience au sein de la science politique française pour demander à ce que la transparence de l’information circulant auprès de ses jeunes chercheurs fasse partie des critères éthiques de la discipline.

Cette demande de transparence concerne de prime abord le recrutement universitaire, qui doit s’effectuer sur la base d’un concours national, équitable et fondé sur des critères d’excellence scientifique.

La charte du recrutement proposée par l’ANCMSP, l’AECSP et l’AFSP s’inscrit dans cette logique. Cette motion de l’ANCMSP invite l’ensemble des universitaires concernés par le recrutement de jeunes chercheurs en science politique à signer cette charte.

Par cette motion, l’ANCMSP demande également à ce que les offres de financement et d’enseignement faites aux jeunes chercheurs en science politique obéissent systématiquement à ce même critère de transparence.

En effet, que dire de ces offres d’enseignement qui ne renseignent pas sur les conditions de remboursement des transports pour se rendre dans leurs locaux universitaires, et qui omettent de préciser que la rémunération dans leur université s’effectue avec plusieurs mois de retard ?

En effet, que dire de ces offres d’enseignement qui évoquent des "postes de vacataires à temps plein", alors que les vacations sont tout sauf des postes, que ces vacataires ne toucheront pas de cotisations sociales, et que cette charge d’enseignement correspond à un service de demi-ATER ?

Enfin, que dire de cette offre de financement doctoral à l’IEP de Bordeaux, qui évoque une "bourse doctorale" alors que le financement par libéralités n’ouvre aucun droit aux cotisations sociales, qu’une circulaire ministérielle a demandé la résorption de ces financements, et qu’un dispositif, celui du contrat doctoral, doit justement éviter ces situations de précarité inacceptables ?

Sur ces trois offres, les demandes d’éclaircissement de l’ANCMSP à leurs auteurs n’ont pas abouti. Dans le meilleur des cas, les explications données étaient confuses, et adjointes d’une menace implicite de ne plus recruter chez les jeunes chercheurs en science politique.

Dans les pire des cas, les demandes de l’ANCMSP ont été traitées par le mépris, ce qui indique la situation catastrophique qui peut être celle des jeunes chercheurs sur certains sites universitaires, et qui évoque aussi les déficits d’encadrement scientifique.

Ces offres révèlent un manque de professionnalisme de notre discipline dans ses relations avec ses jeunes chercheurs, qui continuent à se voir offrir des conditions de travail parfois déplorables, sans que cela n’indigne ni les équipes en charge de ces offres, ni la conscience collective de la science politique française.

Par cette motion, l’ANCMSP demande à l’ensemble de la discipline d’utiliser des critères professionnels qui respectent le travail de ses jeunes chercheurs. Ce critère n’est que partiellement respecté dans de nombreuses offres qui leur sont adressées. La grande qualité de nombreuses offres de financement et d’enseignement ne fait qu’accentuer ce contraste.

Le statut contractuel exact des financement ainsi que les niveaux de rémunération et les conditions de remboursement des frais doivent apparaître dans les offres de financement et d’enseignement diffusés au sein de la discipline.

Le professionnalisme et la reconnaissance internationale de la science politique française passeront par l’application de ces règles d’éthique. Elles doteront la discipline d’une véritable déontologie professionnelle, à laquelle ses trois associations travaillent collectivement sans relâche.

4. Nouvelle proposition de communiqué

Voir le texte prévu pour diffusion en septembre 2010. À cette date, le cas de Bordeaux avait été élucidé.