Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauDisciplineRéunions AFSP-AECSP-CNU-CNRS → Grosse colère ! (non envoyé)

Grosse colère ! (non envoyé)

à propos d’un blog pas lu.

Diffusé par l'ANCMSP le samedi 20 janvier 2007 · Imprimer

Voici un projet de lettre pour les dirigeants de l’AFSP suite à qq manoeuvres solitaires de leur part que quelque esprit chagrin (ou sociologue) pourrait interpréter comme une tentative pour nous court-circuiter.

J’ajoute ici et en doc joint la dernière dont je dispose datée du 14/12/2006.
Je laisse la première version de Jérémie en dessous de celle ci

- dernière version

Madame la Présidente,
Monsieur le Secrétaire général,
En copie aux membres du bureau de l’AECSP

Le bureau de l’ANCMSP vient de prendre connaissance du « blog des thèses » mis en place par l’AFSP, qui se propose de « laisser les doctorants et docteurs en Science politique, mais aussi en Sciences humaines entendues au sens large, raconter et partager leur expérience de "thésard" ».

Nous ne pouvons que regretter de ne pas avoir été associés, ni même prévenus, de cette heureuse initiative. Cet oubli nous semble dommageable dans la mesure où, à la suite d’autres initiatives individuelles de l’AFSP, elle rompt avec la tradition de concertation et de dialogue qui s’était instaurée entre les deux associations sur les questions disciplinaires, et en particulier celles relatives aux jeunes chercheurs. En effet, plusieurs initiatives récentes de l’AFSP nous ont mis devant le fait accompli alors qu’elles concernaient des sujets d’intervention habituels de l’ANCMSP. (ou : En effet, à plusieurs reprises, l’AFSP nous a dernièrement mise devant le fait accompli face à des initiatives déjà engagées concernant des sujets d’interventions habituels de l’ANCMSP.

Ainsi, nous ne pouvons que nous réjouir qu’avec la création de l’OMASP une association de titulaires (traditionnellement avant tout occupée à animer les échanges scientifiques au sein de la communauté des politistes français) prenne à bras le corps la question des recrutements sur laquelle nous nous battons et nous travaillons depuis dix ans. Mais en raison de l’expertise que nous avons accumulée et de la sensibilité « politique » de cette question, il n’aurait pas été malvenu que l’ANCMSP soit consultée sur la définition des objectifs et des modalités de travail de cet Observatoire.

De même, la création de l’OFIRSP est une bonne nouvelle pour qui estime, comme nous, que la question des financements de la recherche (en en particulier des thèses et des recherches post-doctorales) est un enjeu d’autant plus saillant que la recherche connaît depuis quelques années une indéniable précarisation. Mais, une fois encore, nous regrettons que sur des sujets aussi centraux, l’AFSP adopte et mette en pratique des positions non concertées, voire en contradiction avec celles des autres associations disciplinaires. Nous pensons ici particulièrement au risque de cautionnement de facto des « libéralités » sur lequel nous avons attiré votre attention lors de notre dernière réunion.

* * *

Dans cette perspective, la création du « blog des thèses » ne peut qu’être interprétée comme une tentative de contournement de l’ANCMSP en tant qu’instance de représentation des doctorants et docteurs sans poste. Et ce d’autant plus que ce blog est présenté comme un outil visant à préparer le salon des thèses dont l’ANCMSP est co-organisatrice ! En effet plusieurs membres du bureau ont été informés de la création de ce blog, soit parce qu’ils sont adhérents de l’AFSP et inscrits à ce titre sur la liste de diffusion de l’AFSP, soit via des listes de diffusion d’Ecoles Doctorales, comme celles de l’Université de Toulouse 1 ou de laboratoires comme l’IRISES de Paris Dauphine ou le CERAPS de Lille 2, alors que la liste de l’ANCMSP qui a vocation a diffuser ce type d’information n’a pas été utilisée et que le bureau de l’ANCMSP n’a pas été consulté ni même prévenu
Nous sommes, en outre, réservés quant aux effets potentiels de cette initiative. Au vu de la présentation, le mode d’expressions valorisé relèverait moins de la « voice » que de la « therapy », pour reprendre les termes avecs lesquels Eric Neveu discute A. Hirschman. En d’autres termes, nous craignons que ce blog ait pour effet (involontaire) de marginaliser le discours de l’ANCMSP, et surtout, de « dépolitiser » la question de la condition doctorale

Par ailleurs, nous souhaitons souligner que, forts de nos dix années d’expérience, nous ne connaissons que trop la difficulté de faire émerger la parole des jeunes chercheurs dans des cadres exclusivement disciplinaires, où titulaires et précaires sont indifférenciés – mais, à l’évidence, inégaux.. Aussi nous parait-il inadéquat que cette parole soit suscitée par l’AFSP qui, en tant qu’association objectivement animée par des chercheurs titulaires (si bien intentionnés soient-ils !) n’est pas, à elle seule, le commanditaire idéal pour un blog des doctorants. Le message de présentation de ce blog est, à ce titre, des plus flous Plusieurs questions centrales nous semblent manquer de réponse. Qui réalisera la modération « a posteriori » annoncée sur le message de présentation, et selon quels critères ? Quelle pourra être la liberté de parole effective pour les doctorants qui posteraient une contribution ? Si, par des effets probables d’auto-censure, des questions comme celles de l’opacité (au mieux) des recrutements ou de l’incurie de nombreux directeurs de thèse seront minimisées, ne risque-t-on pas de manquer une dimension, hélas, essentielle du statut de doctorant ?

* * *

Vous l’aurez compris, les récentes initiatives solitaires de l’AFSP font naître une inquiétude à propos de la division du travail entre les trois associations disciplinaires et de leur coopération dans la défense de la discipline (ce que nous ne voulons pas interpréter comme une tentation hégémonique de l’AFSP sur notre discipline).

En espérant renouer avec notre tradition d’échanges et de concertation, nous vous prions, Madame, Monsieur, de croire en nos respectueuses salutations.

Pour le bureau de l’ANCMSP,

La présidente,

Elise Cruzel

- 1ere version

Madame la Présidente,
Monsieur le Secrétaire général,

Le bureau de l’ANCMSP vient de prendre connaissance du « blog des thèses » mis en place par l’AFSP, qui se propose de « laisser les doctorants et docteurs en Science politique, mais aussi en Sciences humaines entendues au sens large, raconter et partager leur expérience de "thésard" ». Nous espérons que ce blog sera un outil utile pour les doctorants et s’enrichira vite. Cependant, nous ne pouvons que regretter de ne pas avoir été associé, ni même prévenus, de cette heureuse initiative.

* * *

Cet oubli nous semble dommageable dans la mesure où, à la suite d’autres initiatives individuelles de l’AFSP, elle rompt avec la tradition de concertation et de dialogue qui s’était instaurée entre les deux associations sur les questions disciplinaires, et en particulier celles relatives aux jeunes chercheurs. En effet, plusieurs initiatives récentes de l’AFSP nous ont mis devant le fait accompli alors qu’elles concernaient des sujets d’intervention habituels de l’ANCMSP.

Ainsi, nous ne pouvons que nous réjouir qu’avec la création de l’OMASP une association de titulaires prenne à bras le corps la question des recrutements sur laquelle nous nous battons et nous travaillons depuis dix ans. Mais en raison du capital d’expertise que nous avons accumulé et de la sensibilité « politique » de cette question, il n’aurait pas été malvenu que l’ANCMSP soit consultée sur la définition des objectifs et des modalités de travail de cet Observatoire.

De même, la création de l’OFIRSP est une bonne nouvelle pour qui estime, comme nous, que la question des financements de la recherche (en en particulier des thèses et des recherches post-doctorales) est un enjeu d’autant plus saillant que la recherche connaît depuis quelques années une indéniable précarisation. Mais, une fois encore, nous regrettons que sur des sujets aussi centraux, l’AFSP adopte et met en pratique des positions non concertées, voire en contradiction avec celles des autres associations disciplinaires. Nous pensons ici particulièrement au cautionnement de facto des « libéralités » pour lequel nous vous avons récemment alertés.

* * *

Dans cette perspective, la création du « blog des thèses », pour précieuse qu’elle soit, ne peut qu’être interprétée comme une tentative de contournement de l’ANCMSP en tant qu’instance de représentation des doctorants et docteurs sans poste. Et ce d’autant plus que ce blog est présenté comme un outil visant à préparer le salon des thèses dont l’ANCMSP est co-organisatrice ! Nous sommes particulièrement réservés car, au vu de la présentation, le mode d’expression valorisé relèverait moins de la « voice » que de la « therapy », pour reprendre les termes avec lesquels E. Neveu discute A. Hirschman. En d’autres termes, nous craignons que ce blog ait pour effet (involontaire) de marginaliser le discours de l’ANCMSP et de « dépolitiser » la question de la condition doctorale.

Par ailleurs, vous voulons souligner que, forts de nos dix années d’expérience, nous ne connaissons que trop la difficulté de faire émerger la parole des jeunes chercheurs dans des cadres exclusivement disciplinaires, où titulaires et précaires sont indifférenciés – mais, à l’évidence, inégaux. Aussi nous parait-il maladroit que cette parole soit suscitée par l’AFSP qui, en tant qu’association objectivement animée par des chercheurs titulaires (si bien intentionnés soient-ils !) n’est donc pas, à elle seule, le commanditaire idéal pour un blog des doctorants. Cette maladresse se traduit selon nous dans le flou du message de présentation. Plusieurs questions centrales nous semblent manquer de réponse. Qui réalisera la modération « a posteriori » annoncée sur le message de présentation, et selon quels critères ? Quelle pourra être la liberté de parole effective pour les doctorants qui posteraient une contribution ? Si, par des effets probables d’auto-censure, des questions comme celles de l’opacité (au mieux) des recrutements ou l’incurie de nombreux directeurs de thèse seront minimisées, ne risque-t-on pas de manquer une dimension, hélas, essentielle du statut de doctorant ?

* * *

Vous l’aurez compris, les récentes initiatives solitaires de l’AFSP font naître une inquiétude à propos de ce que nous ne voulons pas interpréter comme une tentation hégémonique de l’AFSP sur notre discipline.

En espérant renouer avec notre tradition d’échanges et de concertation, nous vous prions, Madame, Monsieur, de croire en nos respectueuses salutations.

Pour le bureau de l’ANCMSP,

La présidente,

Elise Cruzel