Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauSuivi du recrutement → Lettre ouverte de protestation à propos des (...)

Lettre ouverte de protestation à propos des conditions de recrutement des CR1 et CR2 (février 2006)

Diffusé par l'ANCMSP le vendredi 13 juin 2008 · Imprimer

Pour information, une lettre ouverte de protestation à propos des conditions de recrutement des CR1 et CR2, et la procédure pour s’y joindre.

Lettre ouverte à…

Monsieur Arnold MIGUS
Directeur général du CNRS

Monsieur le Directeur général,

La présente lettre a pour objet d’attirer votre attention sur une anomalie de la procédure de recrutement des chercheurs au CNRS pour les concours 2006, organisée sous la direction de votre prédécesseur, Monsieur Larrouturou.

Parmi les critères permettant à un chercheur de se porter candidat au concours externe de chargé de recherche de 1ère classe (grade CR1) figure la nécessité de justifier de 4 années d’exercice des métiers de la recherche sous contrat de travail rémunéré (cf. guide du candidat 2006).
Aucune précision n’est donnée sur le type de contrat requis : est-ce que les allocations de recherche pour le doctorat sont prises en compte, les activités d’enseignement (ATER), faut-il justifier d’un plein temps, peut-on avoir des trous dans les quatre années ?...
Cette question apparaît dans le dossier sous la forme d’une case à remplir avec un chiffre (nombre d’années d’activité dans les métiers de la recherche), laissant le candidat perplexe si sa situation a été fluctuante, cas, hélas, le plus courant : quel chiffre porter au risque de voir, soit rejeter sa candidature avant les auditions, soit invalider son admissibilité après les auditions ?

Mais il y a plus grave….

Sous la question apparaît un encart : "si vous ne pouvez justifier de 4 années d’activité, votre candidature sera soumise à évaluation par la section du Comité national de la recherche scientifique compétente..."
Cette disposition signifie que le CNRS se réserve la possibilité de recevoir ou d’écarter une candidature sur d’autres critères que celui des quatre années… critères inconnus des candidats.

Ceci ouvre la porte aux pratiques les plus arbitraires.

Il n’est pas admissible, dans un Etat de droit, que les critères de recevabilité d’une candidature à un concours administratif ne soient pas précisés de manière à garantir l’égalité de traitement de tous les candidats.

En outre, cette disposition témoigne d’un mépris des jeunes chercheurs, inacceptable en regard de la somme de travail que requiert l’élaboration d’un dossier, du temps passé à concevoir, organiser, documenter un projet de recherche… Comment admettre de consacrer cet effort sans l’assurance que le dossier sera, in fine, recevable ?

Cette exigence du CNRS témoigne d’une méconnaissance de la situation de nombreux jeunes chercheurs face au marché du travail. Combien de candidats peuvent remplir cette obligation alors que très rares sont les institutions de recherche publique ou privée qui emploient un chercheur avec un contrat en bonne et due forme ? La première préoccupation de ces organismes est de se garantir au maximum de la législation sociale contraignant à l’embauche après un deuxième contrat à durée déterminée. Bienheureux ceux qui peuvent glaner quelques vacations deci delà. Le Directeur général du plus grand organisme de recherche national ne peut l’ignorer.
Il y a dans cette disposition inédite au CNRS une volonté de limiter les candidatures au bénéfice de chercheurs déjà en poste, mais ce qui se conçoit pour le corps des directeurs de recherche se justifie-t-il pour celui des chargés de recherche en suite de thèse ? Cette disposition semble bien contradictoire avec la priorité n° 1 affichée par la Direction des ressources humaines : renforcer l’attractivité du CNRS et notamment attirer plus de jeunes vers la recherche.
De nombreux candidats n’auront d’autre choix que de se rabattre sur les concours CR2 destinés aux plus jeunes, pour qui cette exigence n’est pas requise, et de leur faire une concurrence peu compatible avec les possibilités de recrutement des jeunes docteurs.

Sûrs que vous ne sauriez entériner sous votre nouveau mandat des dispositions arbitraires, injustes et contraires aux intérêts de la recherche, nous vous demandons de donner aux candidats l’assurance qu’aucun ne sera écarté pour défaut de remplir l’exigence suscitée et qu’aucune candidature ne sera rejetée pour des motifs autres que ceux précisés par les textes légaux publiés.


Monsieur le Directeur,
Je suis en accord avec le contenu de cette lettre et je m’associe aux demandes légitimes qui y figurent.
Nom :
Titres