Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilDossiersEnseignement Supérieur et RechercheActualités → Négociations en loucedé sur les "pré-requis"

Négociations en loucedé sur les "pré-requis"

Diffusé par l'ANCMSP le vendredi 19 janvier 2018 · Imprimer

Le projet de loi « Orientation et réussite des étudiants » propose la mise en place d’« attendus » qui seront considérés comme des critères d’accès aux différentes licences. Présentée comme une réforme technique pour « mieux orienter » les étudiant·e·s, elle aura pour conséquence de restreindre l’accès au seul espace de l’enseignement supérieur encore ouvert à tout·e·s qu’est l’université. Il s’agit donc d’une réforme majeure de l’enseignement supérieur en France.

Pour la science politique, l’AFSP, l’AECSP et le CNU 04 se sont engagés de différentes manières dans la rédaction de ces attendus nationaux publiés le 12 décembre 2017 et voués à être localement déclinés.

Nous appelons l’ensemble de ces organisations à expliquer la manière dont s’est déroulée la définition de ces pré-requis, à exprimer publiquement leurs positions, et à travailler de façon conjointe. L’ANCMSP est la seule organisation de la science politique à avoir pris publiquement position. Elle n’a jamais été invitée à ces discussions, bien que représentant une partie importante du corps enseignant. Étant contre la sélection, nous n’aurions pas souhaité participer à la rédaction des « attendus », mais nous estimons que travailler de concert aurait permis plus de transparence et de débat, ce qui aurait constitué une meilleure politique pour la discipline.

Enfin, nous soulignons que la mise en place de ces dispositifs administratifs est intervenue en dehors de tout cadre législatif. Nous tenons à rappeler à nos collègues titulaires leur capacité, encore garantie par le droit, à s’opposer au pouvoir politique ou universitaire – a fortiori lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre une loi qui n’est pas votée. Dans l’hypothèse où ils et elles en seraient pleinement conscient·e·s, nous les appelons à assumer publiquement leur soutien au projet de loi et à faire de leur positionnement une contribution au débat.

L’ASES organise demain, samedi 20 janvier, une après-midi de débats sur la mise en place de la sélection à l’université à la rentrée 2018. Votre présence à tout.e.s, précaires et titulaires, politistes et sociologues, est importante ! Retrouvons-nous nombreux à la Bourse du travail de Paris, (salle Hénaff, métro République) de 14h à 17h30.

Pour signer et faire signer la pétition « La sélection n’est pas la solution » : http://chn.ge/2AeuDwR

Le bureau de l’ANCMSP