Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauParticipation à la CJCUne tonne d'articles à relire et à (...) → Restitution AG Lyon CJC 30 Septembre 2007

Restitution AG Lyon CJC 30 Septembre 2007

Diffusé par l'ANCMSP le dimanche 30 septembre 2007 · Imprimer

9h-9h30 : Restitution de l’atelier Jeunes chercheurs étrangers

Présentation Simon + Julien :

° Depuis trois ans, des problèmes rapportés :
-  cartes de séjour
-  chômage
-  Rémunérations/ libéralités
-  Expulsion « post-doctorale »

° Sondage sur les conditions de travail des JC étrangers : voir le Ministère

° réunions interministérielles + nouvelle législation Hortefeux Sarkosy

° prochaines réunions prévues en novembre avec le ministère :
-  lien avec le dossier des « libéralités »
-  monter un dossier à charge contre « Egide » et le MAE
-  PB : Modification des termes de la législation : « Cartes de séjour et immigration choisie » : cela impose une refonte de la réflexion à la CJC.

° les actions en cours :
-  quel devenir du sondage ?

Appuyer sur les aspects quantitatifs : validité des chiffres de la statistique (choix des échantillons)
Appuyer sur les aspects qualitatifs : beaucoup à en tirer.
Revenir sur le choix des attributions de cartes de séjours : avec les carte « Jeunes talents ».

° Les actions à entamer :
-  « en finir avec des interventions gentilles » : taper du poing sur la table.
-  Rédaction de fiches en prévision des prochains rapports
-  FNAK (Fondation Alfred Kesner)

° modification de la loi : statut dérogatoire des Jc étrangers
° revenir sur les financements du MAE : le problème des libéralités. Il ne s’agit de pas de faire du chiffre : il est préférable d’avoir des contrats de travail moins pire qu’un statut dérogatoire des JC étrangers. A travailler avec la FNAK…
° Protection sociale des étrangers : voir les financements par AXA

Séquence débat

 :

Question Fred :
Pourquoi ne pas travailler avec le GISTI ?

La FNAK paraît être un bon outil pour influer sur les décisions politiques (au niveau européen) et pour se servir d’eux pour avoir des infos.

Fred :
Il n’ y a pas de récusation de l’action conjointe avec la FNAK sur ma question, mais c’est juste une façon de travailler avec d’autres associations qui ont aussi une expertise sur le sujet. Les questions des JC étrangers ce sont les mêmes que celles pour tous les étrangers !
Avec le GISTI, des positions communes sur certains sujets et une finalité « éthique », qui permet de se familiariser avec le milieu du dossier (les étrangers).

Y aurait peut être possibilité de prise de contacts de tous ceux qui gèrent les dossiers des JC étrangers au sein :
-  des facs et des ED : mais là peu d’espoir de collaboration
-  du CROUS
-  des services « facs », qui s’occupent de la question des étrangers.

Sylvain :

Le service qui s’occupe des étudiants à Paris.

Guillaume : y a une partie spécifique à consacrer aux MCF et aux doctorants.
Besoin d’une expérience de gestion.

Sylvain, de Paris VI :
L’antenne du BACE peut être utile à contacter (Bureau Accueil Chercheurs Etrangers)

Cécile :
Il faudrait mutualiser les moyens pour prendre en charge les étrangers entre les différentes facs.

Les actions à fixer

 :

° Rédaction de fiches
° EGIDE
-  lois jurisprudence Geoffroy
-  protection sociale Marie
-  valorisation du sondage Julien/ Omar
-  changement de la loi CS Josselin
-  CROUS (chiffres des documents sur les étrangers) Amandine
-  Instituts français en charge des étrangers Khaled
-  Contact FNAK Cécile/ Josselin
-  What’s happen abroad ? ?

Question de Laura :

Pourquoi on obtient pas que les étudiants salariés gardent leur siège au CS ?

C’est bordélique à cause de l’attribution de la carte de séjour. C’est dans les problèmes relatifs à la législation qu’il faut voir ce point. L’application est très différente d’une fac à l’autre.

Il y a aussi la carte « Talents et Compétences ».

Fred :

Pour ce point concernant la législation, on peut s’adresser aux associations d’immigrés qui connaissent bien le sujet. Ils ont une expertise importante.

Cécile :
Il faut la motivation pour prendre contact avec le GISTI.

Concernant le CROUS, il n’ y a pas d’identification de nom de responsables à ce sujet ?
Et que se passent-ils dans les autres pays européens ?

Cécile va coordonner ce travail.

Comment agir ?
Espace de travail : http: //cjc-lab.jeunes-chercheurs.org
+ Liste de diffusion

9h 30-10h15 – Les ressources financières de la CJC : pour quoi faire ?

° Organisation frais de déplacement avec le ministère
Possibilité de se faire rembourser les frais de déplacements pour les réunions avec le ministère par le ministère.

° Comment fonctionnent les autres organisations/ associations avec les sous ?
-  Les autres ont de l’argent sur des projets menés en partenariat avec le ministère :

° transports
° Industries
= faire appel au « montage de projet » pour recevoir des sous du ministère.

A la CJC, problème pour se réunir pour les grandes réunions nationales, d’où la question :
Les ressources CJC, pour quoi faire ?

Il n’ y a pas que le ministère pour donner des subventions.
Peut être des fonds de roulement seraient nécessaires.
Il faut mettre en discussion ce point.
Lancement d’initiatives pour avoir des fonds de roulement.

Séquence débat

 :

Fred :
Dans les 2/3 des remarques :
Concernant le point sur le montage de projets des autres organismes pour avoir des sous :
La FAGE est une association où ils ont des permanents, où ils montent des projets avec le ministère sur « la prévention routière » ou « la prévention SIDA ». Ces projets sont des projets consensuels, donc un accord peut exister entre ministère et associations sur ces points.
Mais ce n’est pas le cas de la CJC, qui ne peut pas forcément s’engager dans ce genre de projet.

Maïwenn : Il ne s’agit pas d’avoir des idées arrêtées sur la question.

Fred :
Le statut des précédents, c’est cela qu’il faut regarder. Est ce que ce statut s’accorde avec ce que fait la CJC, et l’action de celle-ci ?

Intervention :

Les fonds de roulement ce ne sont pas des fonds que l’on prend sur des projets.

Geoffroy :

Il ne faut pas présenter le truc comme ça. Les fonds de roulement c’est une chose, et les projets financés c’en est une autre….Les financements qui viennent d’ailleurs ce seraient pour des projets montés dans la CJC, sur une action spécifique.
Il y a les régions qui ont une bonne raison de filer de l’argent à une association, qui se présente comme indépendante du ministère. Il faut bien voir et cibler les différentes institutions, qui peuvent financer…et ne pas se focaliser sur le ministère.

Le ministère profite de l’action experte de la CJC, donc il s’agit de se poser la question des financements, en mettant en avant l’idée qu’on fait le boulot du ministère. Dans ce cadre, le ministère n’est pas la personne la plus éloignée de nous…Il y a des raisons pragmatiques pour travailler avec le ministère sur des projets communs. Et c’est peut être l’institution la plus neutre ( ! ? ).

Pierre :

Pour qui on travaille ?
-  pour nous
-  pour les Jeunes Chercheurs

On présuppose que le ministère a pour boulot de faire le boulot qu’on fournit, or le ministère gère par rapport à ces propres intérêts et logiques d’institution (budgétaires…).

Les dispositifs qu’on propose sont repris par le ministère mais on travaille à la base pour nous, et pas pour le ministère.

Benoît :

Pour quoi faire ?
On pose mal les questions. D’abord, il faut voir ce qu’on veut faire et ensuite parler du financement. Il ne s’agit pas d’inverser les termes de la démarche.

Aurélien :

Les questions c’est :
Quels sont nos besoins ?
Que veut-on financer ?
Y-a-t-il un appel à partenaire pour un projet ?

On doit tous faire appel à telle ou telle institution : le ministère est une institution comme une autre : présupposition de sa non neutralité.

Il faut cibler les types de projets à proposer au ministère.
Sur le dossier JC Etrangers, par exemple, on peut cibler les régions

D’abord cibler les priorités : Quels projets ?
Et ensuite interpeller et cibler : Quelles institutions ?

Cela demande du temps et de l’investissement des actifs, et les questions sont loin d’être résolues car c’est ce temps et cet investissement qui nous manquent.

Le problème du financement pérenne : l’idée n’est pas de demander un financement pour un fonctionnement pérenne.

Josselin :

Il peut y avoir des financements permanents avec des partenaires récurrents et permanents :
Industries
Associations
Si on arrive à trouver un partenariat en national, si on supprime le problème financier, on solutionne une partie énorme du problème.

Morgane :

Deux questions :
Est ce qu’on en a besoin ?

On peut peut être continuer comme ça. Mais l’association aurait plus d’argent, serait plus forte pour mettre en place des initiatives
-  tables rondes représentants JC
-  Réunions sur Dossiers
-  Universités d’été

Un peu de temps est pris mais cela permet d’utiliser des fonds pour mettre en place des initiatives.

Comment on trouve l’argent ?

Demander à des entreprises : elles sont moins neutres que le ministère, on ne peut pas vendre ce genre de projets aux régions, ou à Paris VI.
Le boulot, on va le faire, mais cela permettrait de profiter de l’argent.
Le but n’est pas d’arriver à un conflit mais d’être consensuel. Il faut éviter d’être dépendants, en nous diversifiant, mais on peut accepter de faire des projets financés.

Pierre :

Pourquoi on voudrait de l’argent ?
3000 Euros par an.
L’Université d’été : il faudrait quantifier combien cela fait.
Le problème n’est pas le manque d’initiatives mais le manque de militants pour tenir les initiatives : difficulté de trouver le temps.

Maïwenn :

1) Par rapport aux actifs : ce n’est pas en ayant des sous que les actifs vont être là.
2)  ?

Simon :

Concernant les sources de financement : que peut-on vendre ?
« sponsoring privé » : que vendre à l’Industrie ?
Il faut aller voir les forums professionnels : - beaucoup d’investissements
-  plus difficile que quelque chose de récurent

Benoît :

Déplacements : naïveté : être invité et avoir des demandes de remboursement systématiques.

Cellule fric : est ce que c’est là où on doit envoyer ?

° Adhésion / Cotisation  :
possibilité d’augmenter ? 30 – 40 euros.

Morgane : quel intérêt ?

Arguments Pour/ contre :

-  ça nous fait à peine 350 euros de plus.
-  Ce sont des petites associations, qui ont pas beaucoup de sous.

Proposition de Fred : la cotisation peut être indexée sur le budget de l’association.

Pierre :

C’est déjà ce qui se passe sur les grosses associations en pratique.

Laure :

Dans les faits les associations sont jamais remboursées…

Cécile :

Richesse ou pauvreté de l’association, c’est un peu difficile à juger. Y a des associations qui ont des tunes sur des projets mais pas d’argent libre.

Maïwenn :

Pour conclure, par rapport aux associations
+ adhérents : ils faut motiver les troupes
+ que font-ils en local ?
+ est-ce faisable d’augmenter les frais d’adhésions ?

A voir plus tard.

Pour y réfléchir :
+ liste de ce dont on a besoin
+ chiffrer un peu globalement les priorités et les besoins.
+ voir qui on sollicite ?
+ Sur quelle liste on fait cela ?
-  éviter la liste agora
-  sur la cellule fric : pour intervenir on parle, et on envoie sur Agora, pour les débats, et les discussions.

Une intervention :

Il faut réfléchir à la nouvelle dimension de la CJC. La logique sur projets, il faut en discuter sur agora.

Luc :

Ca dépend du type de projet.

Geoffroy :

Ce problème s’impose à nous, car c’est déjà le cas maintenant.

Fred :

On ne peut pas voter sur un truc vague, genre « logique de projet ». Il faut connaître le financement spécifique, il faut aller les chercher.
Il ne faut pas séparer cette logique de projet de la question des cotisations : on a pas d’argent à réserver à la CJC (sachant que y a toujours les cotisations) . Il faut obliger les associations à parler de la CJC aux adhérents, pour qu’ils s’impliquent, et pour créer les conditions de lever des fonds de cotisation, car les adhérents auront intérêt à avoir une association plus forte et mieux financée.

Cécile :
C’est complètement irréalisable.

Sylvain :
Concernant les cotisations : la CJC ne peut pas vivre sur les cotisations de ses membres.

Fred :
Il faut motiver les adhérents pour ramener des cotisations : pour ne pas diminuer la part de financement autonome.

Pierre :
Il n’ y a pas d’opposition des deux logiques : logique de projet et logique d’augmentation des nombre de cotisations.

Sylvain :
Pour moi la logique du financement autonome est irréalisable. Il faut se lancer dans un projet, l’initier et point barre.

Pourtant si plus d’individus dans les associations locales, plus de cotisations. Il faut motiver les adhésions dans les associations locales.

Cette question doit être tranchée pour le prochain CA.

10h15- 11h45 : Définition des objectifs pour 2007-2008 :

Petite introduction sur le manifeste de la FRM :

° FRM
Le manifeste des « vicieux »
5 minutes de présentation par Maïwenn

° Renouvellement du bureau

La FRM : Fondation pour la Recherche Médicale

Le manifeste :
1) buts officiels : inciter à donner des sous pour la recherche car les pauvres JC partent à l’étranger.
2) buts officieux : La vraie raison : protestation sur la suppression des libéralités par le ministère, et demande à l’Etat de payer les cotisations sociales des JC à la place de la fondation.

Aurélien : précise « charges sociales » et pas « cotisations sociales ».

Pierre : c’est un salaire différé !

°

Les objectifs 2007-2008

 :
-  Quelles directions prendre pour définir les actions prioritaires de l’année 2007-2008 ?
-  Se mettre en accord sur la hiérarchie des objectifs : bilan moral
-  Mettre des objectifs « réalisables, réalistes, et raisonnables ».

Remarques sur les précédents programmes d’objectifs et retour sur le bilan moral :
-  publication de l’évaluation des chartes de thèse : c’est un dossier avancé qu’il faut boucler pour le CA de février. Il a été mis en recul cette année. Le Reprendre et le terminer pour Février 2008.
-  Changement de contexte : beaucoup de réunions avec le ministère, et du coup moindre avancement sur les dossiers de fond.

= Il faut revenir sur les dossiers de fond, c’est une des priorités de l’année 2008 :
-  Dossier JC étrangers
-  Dossier Contractualisation
-  Dossier Evaluation des Chartes de thèse

+ Dossier Evaluation des chartes de thèse :

Cécile :

Je pense que pour l’évaluation des chartes de thèse, on peut prendre les chartes restantes et les dispacher une pour chaque association. Pour pouvoir en finir avec l’évaluation des chartes et le rapport.

Attention, aux nouvelles chartes que nous n’avons pas repéré. Il faut actualiser et reprendre l’évaluation des nouvelles chartes. Par exemple celle du PRES de Toulouse.

Il faut donc faire remonter les informations relatives au charte de thèse, et à leur réactualisation par les universités qui ont changé ou modifié leur charte de thèse.

Pierre :

Si y a une nouvelle charte, où la met-on ?
-  sur le lab ?
-  dans le formulaire de saisine ?
-  URL : les validateurs des chartes de thèse peuvent s’y référer : on peut les poser sur le lab.

Séquence débat

 :

Guillaume :

les chartes bougent ok, mais il faut signaler que notre rapport date de telle année, et le boucler. Et ensuite relancer pour mettre à jour les chartes modifiées.

Maïwenn :

Il faut mettre un date car y a pleins de chartes à valider. Il faut juste vérifier que c’est bien actualisé, sinon on rajoute la date de réactualisation.

Aurélien :

Pas du tout d’accord. Par définition, avec le rapport il ne s’agit pas seulement de visibiliser sur un espace public l’évaluation des chartes de thèse de chaque université et distribuer des mauvais points mais aussi de mettre en avant les universités qui ont fait des efforts pour adapter leurs chartes et bouger. C’est important de le signaler et d’en tenir compte pour le rapport d’évaluation. Il faut donc arrêter un date pour publier et bien mettre en visbilité toutes les données.

Fanny :

De quand datent toutes les chartes que vous avez évaluées ?

Alban :

La réactualisation de chaque charte, on en a rien à cirer, c’est simplement pour communiquer, visibiliser sur l’espace un classement, et dire attention on vous surveille.
-  exploitation politique avant tout
-  procédure à effectuer : il s’agit de réintégrer l’erreur dans le processus d’évaluation régulière.

L’exactitude : se répartir toutes les chartes ??

Fanny :

La publication de ces résultats n’est pas une fin en soi : le classement peut être réactualisé sur internet. Mise en place d’une procédure de conformité.

Date de l’évaluation des chartes de thèse : on compte des trucs qui sont obsolètes, il faut revoir.

Khaled :

Même idée qu’Alban, deux groupes à effectuer :
-  validation des chartes de thèses (finir)
-  réactualisation des chartes déjà évaluées

Morgane :

Pour publiciser et être crédible, il vaut mieux insérer les réactualisations.
C’est aussi une possibilité sur le long terme de pouvoir dire, le classement de la CJC est crédible.

Pierre :

Sur le changement des chartes de thèse, voir l’arrêté du 7 Août , ne pas re-vérifier celles d’y a trois ans, c’est transmettre une info faussée.

Sarah :

C’est le classement qui est important, mais l’université sa tendance à modifier ou pas il faut l’intégrer, en fixant les dates de chartes de thèse qu’on a évalué et en vérifiant la réactualisation.
Il faut fixer cela dans une version papier.

Récapitulatif : Espace à utiliser sur le site internet pour l’évaluation des chartes de thèse :

° Téléchargement du manuel pour évaluer les chartes de thèse sur le lab
° base de données sur le lab

Etape 1 : Evaluation : Imprimer la grille d’évaluation
La retaper
La remettre en ligne

Etape 2 : Validation : Préciser les critères d’évaluation
Voir les indications écrites. C’est une deuxième évaluation qui crédibilise la première. Mise en conformité avec des critères communs de la charte type donnée par le ministère.

Coordonnateur : doit s’assurer que les évaluations ont été validées. = Simon.

+ Dossiers étrangers :

Objectif au prochain CA de février :

L’atelier a permis de poser les priorités pour les réunions de novembre
° fiches
+ Egide
+ protection sociale, et partenaires avec qui travailler
+ points sur les décrets nouveaux
+ fiche sur le sondage

Fred : Ajout point : Ajout d’un objectif concernant la redynamisation du tissu local d’association.


1) pas assez de forces vives
2) lever du fric pour tournée de promo CJC
3) section consacrée à tout ce qui est propagande
-  évaluation des chartes de thèse
-  maillage des actifs sur le territoire

Alexandra

grandes campagnes sur l’évaluation des chartes de thèse effectuée par Alexandra.

Fred :
Il s’agirait de mettre à disposition et faire circuler le matériel pour mettre en œuvre tout cela, des actions des associations locales. Il faut jouer collectif.

On pourrait mettre en place un guide des associations locales :
- Susciter la motivation des associations locales sur certains problèmes où est investie la CJC : plus d’implication

Avec l’aide de Jeanna HERSANT, Fred propose un guide « Pourquoi et comment créer son association JC » : présentation en binome de ce travail pour le prochain CA.
Dans ce cadre, il pourrait y avoir un projet de diffusion des guides.

Ce guide permettrait de mettre en avant les positions CJC, et la manière de monter des actions locales : sensibilisation, questions techniques.

Cécile :

Super concernée : premier réflexe :
-  créer une association locale
-  contacter les associations
-  prise de contact (téléphone)

Quels documents de base pour faire cela ?
-  travail sur le lab ?
-  sur une liste ?

Vous pourriez faire le squelette à deux, et ensuite on relit ensemble. On vote.

= Cela peut faire partie d’un des objectifs pour 2008 :
Redynamisation du tissu associatif local

Les éléments à mettre en place pour la redynamisation du tissu associatif local : récapitulatif :

-  le guide des associations locales pour monter des initiatives JC : Fred et Jeanne
-  mise en place d’une liste de diffusion pour permettre aux associations locales d’échanger, de poser leurs questions : ce serait un espace de discussion, ou un forum où on échange des compétences. Possibilité d’héberger cette liste sur le site de la Guilde des Doctorants.

Intervention de Pierre :

Sur agora, ce sont toujours les mêmes qui parlent, il faut plus politiser.

Intervention Olivier :

Il y a beaucoup de mails sur Agora, beaucoup n’osent pas écrire ou ne les comprennent pas.

+ Dossiers contractualisation :

Morgane propose de faire :
-  une fiche sur la loi de l’autonomie concernant les changements dans les conseils centraux des facs.
-  Une fiche sur le dispositif du doctorant conseil, à intier.
-  Une fiche sur l’état d’avancée de la contractualisation des JC : statut juridique du doctorant salarisé.

Claire se propose pour effectuer et initier un premier travail sur la fiche du doctorant conseil. Pour les délais elle propose fin octobre.
Elle se propose de recontacter Aqui doc, et de lancer un suivi du dispositif.

+ Les assises de l’Enseignement Supérieur :

Quel intérêt de représenter le CJC dans les assises ?
At-on l’énergie pour le faire au vu des résultats ?

Arrêt !!!

Mars- Avril : il s’agirait de rencontrer les syndicats dans d’autres lieux.

+ L’Europe :

Sous l’année 2008, la France sera présidente de l’UE. C’est donc un projet et un axe fort, que la CJC, devrait investir.

Objectifs communication :
-  lister sur le site les noms d’associations de doctorants
-  mettre en avant le parcours de la CJC, et sa représentativité
-  EURODOC : ne pas oublier la participation de la CJC
-  Travailler sur la liste consacrée à l’Europe, et revenir ensuite présenter le travail sur Agora.
-  Un point sur les étrangers dans le dossier Europe serait bienvenu.
-  Hiérarchiser et donner du contenu aux objectifs que l’on donne à la CJC pour son action sur l’Europe.

Roselyne :

Pour l’instant la liste sur l’Europe est fondée sur un échange d’information, et on a pas de positionnement sur ce qu’on compte faire. Le délégué EURODOC bosse indépendamment. Ce délégué nous permet de nous familiariser avec la dimension européenne, et d’avoir un premier contact. Mais quelle action spécifique pour l’Europe concrètement ?

Aurélien ?

Deux choses importantes se rattachant au dossier Europe :
-  la question des JC étrangers
-  La question du Phd Research et de la professionnalisation du doctorant.

Récapitulatif des objectifs et des priorités pour l’année 2008 :

+ évaluation des chartes des thèses : boucler le rapport
+ Faire passer les positions CJC sur la contractualisation et la professionnalisation du doctorat. Rédaction de fiche pour préciser et élaborer (conseils centraux et représentations JC dans la loi autonomie+ chantier Jeunes chercheurs Ministère).
+ publier des choses sur le dossier des JC étrangers
+ re-dynamisation du réseau associatif local
+ Présentation et communication sur la CJC
+ Europe : les priorités et identifications des objectifs et actions à creuser sur la liste Europe.

Alban :
Prioriser sur l’évaluation des chartes de thèse, la contractualisation, et les fiches sur la loi sur l’autonomie des Universités.

Le vote des objectifs

 :

Nppv O
Abstention O
Contre O
Pour 143

Les objectifs sont votés.

°

Le renouvellement du bureau

 :

Les mandats 2007-2008 :

° Point présentation du bureau : le travail de représentant au bureau est purement formel car les dossiers sont bossés par tous les adhérents. Donc personne n’est indispensable. Seulement il faut des noms officiels, et des représentants pour l’extérieur, c’est plus clair.
° Point Alban : a la CJC y a pas de bureau. Mais dans les statuts c’est un peu marqué bureau.

Secrétaire : Laura LAGOUDAKIS (Phydoc)
Secrétaire – adjointe : Anne-Laure CATTIN (Phydoc)
Trésorier : Geoffroy (LUCA)
Trésorier adjoint : Josselin (ADDAL)
Délégué EURODOC : Aurélien (Phydoc)
Suppléant : Darius
VP 1 : Hélène STOREZ (Biodocs)
VP 2 : Frédéric CHATEIGNER (ANCMSP)
VP3 : Maïwenn CORRIGNAN (D2R2)

Présidente : Morgan GORRIA
VP 4 ? : Virginie (DOC UP)

Vote de l’élection bureau

 :

Ne prend pas part au vote : O
Abstention : O
Contre : O
Pour : 143

Le nouveau bureau a été élu.

Petit point sur le prochain CA de février :

Ce sont les associations qui sont de Paris qui vont s’en occuper…Donc Prochain CA en février sur PARIS.

Fin de la matinée de Dimanche. Fin de l’AG.