Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP)

AccueilBureauDisciplineSalon des thèses → Salon des thèses 2009 : intervention

Salon des thèses 2009 : intervention

Diffusé par l'ANCMSP le lundi 16 février 2009 · Imprimer

INTERVENTION ANCMSP

SALON DES THESES

ENS – 06 février 2009

Tout d’abord, pour nous présenter, l’ANCMSP, c’est 1725 abonnés sur sa liste de diffusion électronique sur laquelle circulent aussi bien :
- les annonces à caractère professionnel (colloque, publication, séminaire…) dont se servent la grande majorité des politistes, qu’ils soient EC, chercheurs ou Jeunes chercheurs
- les messages d’information sur les conditions professionnelles de réalisation des thèses, des réformes universitaires…
- les communiqués d’ordre militant que produit l’ANCMSP ainsi que ceux d’autres collectifs associatifs, tels que la CJC, ou bien des E-C syndiqués

L’ANCMSP c’est plus spécifiquement pour les docteurs (Salon des thèses) la seule liste sur laquelle circulent de manière régulière :
- des informations sur les concours de MCF (composition des comités de sélection, dates, listes d’auditionnés, résultats…)
- des informations sur l’agrégation
- sur les offres de Post-doc
- les offres d’emploi dans d’autres secteurs d’activité économique

L’ANCMSP c’est aussi 150 adhérents qui soutiennent une association, dont le bureau est composé uniquement de Jeunes Chercheurs.

L’ANCMSP est l’unique association de science politique qui a produit depuis plusieurs mois :
-des communiqués sur le futur contrat doctoral
-sur la suppression des 225 allocations de recherche
- sur les conséquences négatives des réformes en cours aussi bien dans le secondaire (enseignement de l’économie), que dans le supérieur et au CNRS

Il est à ce titre étonnant qu’au cours de ce Salon des thèses, l’unique association représentant et défendant les Jeunes Chercheurs dispose d’un temps de parole aussi limité au regard du travail d’information, d’analyse et de défense des JC qu’elle réalise.

Néanmoins, l’ensemble des documents d’information ainsi que les communiqués sont à disposition
- sur le site de l’association : http://ancmsp.apinc.org/

- ainsi qu’à la table de l’ANCMSP qui est tenue à l’extérieur de la salle, à laquelle vous pourrez demander à être abonné à la liste d’information et à être adhérent pour l’année 2009 afin de continuer à soutenir notre action.

Dans un contexte de déstructuration et destruction généralisée de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, il convient de souligner que ce mouvement de fond touche plus directement et plus négativement les Jeunes Chercheurs, càd doctorants, docteurs sans poste, docteurs en CDD.

Pour aller vite, puisque le temps imparti nous l’impose, l’ANCMSP souhaite :
1) faire un rapide point sur le futur contrat doctoral unique qui sera mis en place à la rentrée prochaine et

2) évoquer la situation pour les docteurs actuels en matière d’insertion professionnelle, aussi bien dans el secteur académique que dans d’autres secteurs

1- Commentaires sur le futur contrat doctoral unique

- Reprendre les éléments du communiqué en les synthétisant : http://ancmsp.apinc.org/Communique-ANCMSP-sur-le-contrat

+Souligner que : pas véritablement d’avancée, risques pour les JC, aucune garantie de meilleur encadrement des thèses et d’efforts fournis en vue de meilleure professionnalisation (même si ED sont censées être évaluées sur le taux d’insertion prof. de leurs docteurs : en fait, pb se pose surtout pour les JC car si une ED est mal évaluée, et qu’elle a moins de financement, cela va retomber en premier sur les doctorants suivants et la baisse du nombre d’allocations sur le site…).

+ tout ceci ajouté à la suppression pour l’année qui vient de 225 allocations recherche du ministère !

2- L’insertion professionnelle des docteurs

2-1. La précarisation à l’issue du doctorat

- multiplication des CDD, de + en + courts (maintenant post-doc de 6 mois !!)
- suppression des post-doc du CNRS pour 2009
- multiplication des postes d’ATER et des vacations (qui supposent d’avoir déjà un empli, passé 28 ans) au lieu de créer des postes statutaires de MCF

- processus de présidentialisation des universités qui met les JC à la merci des décisions unilatérales des présidents d’université

2-2. L’absence de débouchés à la hauteur des besoins dans le secteur académique

- baisse du nombre de MCF
- ouverture des 90 chaires d’excellence qui reposent sur la « starification » de happy few mais qui entraîne en fait la suppression de centaines de postes aussi bien dans le corps des Enseignants-chercheurs que des chercheurs !

2-1. La non-reconnaissance du doctorat comme diplôme professionnalisant par le secteur privé ou le tiers-secteur

- tendance à préférer en France un ingénieur ou qqun sorti d’une Grande Ecole à un docteur
- de timides réflexions du MEDEF qui n’ont pour l’instant débouché sur rien de concret
- l’absence de dispositifs pérennes et efficaces mis en place au sein des Ecoles doctorales pour aider les doctorants et docteurs qui le souhaitent à s’insérer dans un secteur professionnel non-académique
- pb de la prise en compte des années de doctorat financées dans l’ancienneté, les cotisation retraite
- réalité : embauche de + en + de docteurs en dessous de leurs compétences réelles, ce qui suppose donc aussi rémunération bien en dessous de ce qu’ils peuvent obtenir à Bac + 8, niveau de diplôme le + élevé de l’université

En conclusion :
- la situation impose à la discipline de multiples axes de réflexion, que les JC ne peuvent porter à eux seuls comme ils le font actuellement
- l’ANCMSP appelle à une vaste prise de conscience et un travail de réflexion en concertation avec les autres associations de la discipline (AFSP et AECSP) ainsi que les instances évaluatives (le CNU pour la qualification, le CNRS pour les recrutements de chargés de recherche), et les représentants des Ecoles doctorales, pour repenser :
-le doctorat en science politique en France
-la mise en place de dispositifs concrets d’insertion professionnelle des docteurs
-la défense du service public d’enseignement supérieure et de la recherche
- la création de postes d’enseignants et de chercheurs statutaires nécessaires à la renommée de l’Académie française et à sa place dans le monde